Baudouin Havaux
MONDE

Tejo : Un fleuve. Un vin.

Le vignoble portugais c’est 200.000 hectares répartis sur plus de 300.000 exploitations. Il représente 3% du vignoble mondial, soit le 8ème pays producteur. A côté des 3 grosses pointures que sont la France, l’Italie et  l’Espagne, le vignoble portugais, a parfois du mal à se positionner. Plus modeste en surface il n’a portant pas de mal à rivaliser au niveau de sa qualité.  Ce que n’ont pas manqué de remarquer les amateurs de vin en Belgique qui en consomment de plus en plus. L’excellent rapport qualité/prix n’a pas non plus échappé aux acheteurs de la grande distribution qui étoffe leur offre de vins Portugais.

A la fois une force et une faiblesse, le Portugal compte plus de 250 cépages autochtones, un extraordinaire avantage comparatif mais également un handicap pour le consommateur étranger qui a du mal à se retrouver parmi les noms de ces multiples variétés issues de nombreuses régions, qui ne sont pas toujours simples à comprendre ni à mémoriser.  Il faudra pourtant faire un petit effort pour ne pas perdre l’opportunité de profiter des trésors  vinicoles souvent cachés du Portugal, et mémoriser le nom des principaux cépages. En rouge : Turiga national, Aragonez (nom portugais du cépage espagnol Tempranillo), Trincadeira, Alicante Bouschet, Touriga Franca.
En blanc : Alvarinho, Loureiro, Trajadura, Malvasia, Arinto, Fernao Pires, Verdelho.

A côté des trois régions viticoles les plus connues, Douro, Dao et Alentéjo, il existe de nombreuses autres appellations moins prestigieuses mais qui méritent notre intérêt. Le Tejo est un bel exemple de régions traditionnellement tournées vers la viticulture qui grâce à un programme de modernisation mené de front dans le vignoble et dans les chais élabore aujourd’hui de remarquables vins. Jusqu’en 2009 cette région de production située entre Lisbonne et l’Alentejo, portait encore le nom de Ribatejo. Ribatejo qui est le nom de la province, avant d’être changé en Tejo. Au total, 63 millions de litres de vin sont aujourd’hui produits au Tejo (rouge et blanc), avec un rendement moyen d’environ 35 hl par ha, ce qui est considéré comme un rendement assez faible. Néanmoins, les vins du Tejo restent parmi les plus accessibles du Portugal, tant en termes de caractère que de prix.

Elle porte depuis le nom du fleuve, le Tage,  ( Tejo en portugais) qui la traverse et qui exerce une forte influence sur son climat. Ce n’est pas un hasard si les vins ont adopté le nom du fleuve. En effet les principaux traits de caractère des vins du Tejo que sont la fraicheur, le fruité et la finesse, sont redevables au Tage et à son influence sur le climat. L’océan Atlantique et la brise marine, ne sont pas les seules à assurer un rôle de climatiseur. C’est surtout le Tage qui alimenté par des eaux originaires de régions plus fraîches situées en altitude, beaucoup plus au nord, comme le parc national du Tejo,  joue un rôle de refroidisseur thermique. Cette combinaison de facteurs offre aux rives du Tejo des conditions viticoles idéales. La vigne n’est pas la seule culture à profiter de ces conditions favorables. La plaine du Tejo n’est qu’une succession de champs de piments (poivrons), de maïs doux, de tomates et de fruits.

Le Tejo est situé près de Nazaré, station balnéaire connue pour ses belles plages et encore plus pour ses vagues parfaites, du point de vue des surfeurs. A moins d’une heure de la capitale, Lisbonne, le Tejo est également facile d’accès grâce à l’autoroute. C’est aussi une région de chêne-liège et il va sans dire que vous ne trouverez pas beaucoup de bouteilles de vin avec bouchon à vis ici. De nombreuses caves seront fières de vous montrer non seulement leurs vignobles, mais aussi leurs chevaux de la célèbre race lusitanienne et leur bétail Mertolengo. La cuisine généreuse aime utiliser deux produits régionaux qui sont cultivés en abondance : les poivrons et les tomates. Une prochaine destination oenotouristique à prendre en considération.

Dégustation :

1/ Quinta da Lagoalva, Castelão e Touriga Nacional.
Le domaine de Quinta da Lagoalva de Cima s’étend le long de la rive sud du Tage. L’ancienne maison du XVIII ème siècle et les dépendances agricoles,  forment un véritable petit village qui a conservé tout son charme et son authenticité. Outre la production d’huile, l’extraction du liège, l’élevage de bovins et de chevaux lusitaniens, Quinta da Lagoalva, avec ses six cents hectares, continue d’investir dans les traditions viticoles.  Les 45 ha de vignes sont plantés dans les meilleurs terroirs en bordure du Tejo. Douze cépages y sont plantés. Diogo Campilho et Pedro Pinhão, sont deux œnologues réputés pour leur expérience internationale.

Cet assemblage de cépages autochtones, le Touriga Nacional et le Castelão a été élevé en fût de chêne français et américain pendant 4 à 6 mois. De couleur rubis, c’est un vin élégant avec au nez des notes de fruits rouges et de vanille. La bouche est ronde, généreuse, bien structurée et épicée.

Distribué par : Art &Vino à Feluy ( Seneffe) www.aretvino.net

 2/ Quinta da Alorna, Reserva 2016

Quinta da Alorna est également un vaste domaine agricole de tradition familiale de 2.800 ha. situés à Almeirim sur la rive sud du fleuve Tejo. L’élevage de chevaux côtoie les champs de céréale et de légumes, les plantations d’olivier, de fruitiers, de bois et surtout le vignoble qui compte 220 ha. L’ensemble de l’activité est basé sur les principes de durabilité la responsabilité sociale et de la conservation du milieu naturel. Le vignoble est planté sur des sols perméables, sableux et caillouteux très pauvres. Des conditions idéales pour produire des raisins concentrés, et complexes.
Cet assemblage d’un cépage international, le Cabernet sauvignon et d’un cépage autochtone, le Touriga Nacional a subi un élevage en bois français et américain de 12 mois. Un vin aux intenses notes de groseille et de violette. La bouche est vive et intense, marquée par de beaux tanins et une belle longueur.

Distribué par : Thierry Letellier, Vin du Portugal à Lisogne (Namur) www.vinduportugal.be