Baudouin Havaux
WINEBIZZ

Premium Familae Vini

En novembre 2021 les 12 membres de l’association «  Premium Familae Vini » ( PFV) ont fait le déplacement à Bruxelles pour remettre officiellement le prix « Family is Sustainability » au luthier Jan Stick, propriétaire de la Maison Bernard à Bruxelles.

Lancé en 2020, ce prestigieux prix doté de 100.000 €, est le premier remis par la PFV, l’association de douze familles européennes propriétaires de domaines viticoles renommés, aux histoires multigénérationnelles.

L’association des «  Premium familae Vini » qui défend les valeurs de l’entreprenariat familiale souhaite par ce prix encourager la continuité familiale, l’artisanat et la transmission réussie d’une génération à l’autre. Toutes les entreprises familiales à travers le monde, quel que soit leur domaine d’activité, sont éligibles pour ce prix. Paul Symington, président des PFV l’a rappelé lors de la remise du prix : « Au sein de PFV, nous croyons profondément que les entreprises familiales sont le fondement de nos économies et que les meilleures d’entre elles défendent la singularité et la réflexion à long terme avec un engagement profond pour la qualité et le développement durable.»

Alors que dans le milieu viticole beaucoup d’entreprises familiales cèdent à la tentation de vendre leur patrimoine à de grands groupes financiers (Axa, Crédit Agricole, fonds de pension, etc.. ), les PFV, jaloux de leur indépendance, refusent d’abandonner le flambeau de leurs propriétés familiales. Ils se rappellent comment leurs parents et grands-parents ont traversé des périodes difficiles et relevé de nombreux défis pour transmettre génération après génération des valeurs héritées de leurs prédécesseurs, autres que purement financières. Ce qui n’empêche pas les PFV d’afficher une confortable santé financière indispensable à assurer la pérennité de leur entreprise. Les membres de l’association PFV créé en 1992, défendent la vision selon laquelle il existe une alternative économique plus humaine aux grands groupes. Dans un monde de communication et de transparence, ils espèrent que leurs convictions trouveront écho auprès des consommateurs qui apprécient le vin et souhaitent connaître ses producteurs.

Deux chiffres annoncés par McKinsey illustrent leurs propos : 85% du PIB mondial est produit par les entreprises familiales, mais seulement 16% de ces dernières survivent à la deuxième génération. Il est clairement prouvé que les entreprises familiales occupent une place centrale dans nos économies, mais malheureusement un bon nombre d’entre elles ne parviennent pas à passer le relais à leurs enfants. Chaque année de nombreuses entités viticoles familiales disparaissent. Autant d’échecs qu’on peut attribuer à une incapacité d’adaptation, de l’autosatisfaction, une succession mal préparée et le pire de tout, un conflit familial. Ce triste phénomène passe souvent inaperçu, et seul le prix de la transaction est parfois communiqué. On oublie par contre de parler des pertes relatives aux traditions familiales, à la mémoire des personnes proches de la terre qui ont acquis des connaissances intergénérationnelles sur le vignobles et la vinification qui ne seront plus transmises, pour laisser la place à des spécialistes travaillant pour de grands groupes. Bien que ces spécialistes fassent de l’excellent travail, il va manquer l’âme de l’entreprise et des vins qu’ils élaborent. L’étude de McKinsey met également en évidence que la propriété familiale a souvent été associée à des performances financières supérieures. Les entreprises familiales investissent 29% de leur chiffre d’affaires en plus dans la Recherche et Développement que leurs homologues non familiales. En effet une entreprise familiale reste concentrée sur des objectifs à plus long terme. Elle ne cherche pas à tout prix à satisfaire annuellement les intérêts des actionnaires.

En marge de ces préoccupations, cette association permet de développer des liens étroits entre les membres, de partager leurs expériences, de réaliser de nombreux stages qui permettent aux jeunes de la dernière génération appelés à relever les futurs défis, de travailler dans les domaines et caves de leurs paires.

Membre de la PFV

• Priscilla Incisa Della Rochetta – Tenuta San Guido, Italie – Fondé en 1840
• Alessia Antinori – Marchesi Antinori, Italie – Fondé en 1385
• Egon Müller – Egon Müller Scharzhof, Allemagne – Fondé en 1797
• Prince Robert de Luxembourg – Domaine Clarence Dillon, France – Fondé en 1935
• Matthieu Perrin – Famille Perrin, France – Fondé en 1909
• Paul Symington – Symington Family Estates, Portugal – Fondé en 1882
• Frédéric Drouhin – Maison Joseph Drouhin, France – Fondé en 1880
• Miguel Torres Maczassek – Familia Torres, Espagne – Fondé en 1870
• Jean-Frédéric Hugel – Famille Hugel, France – Fondé en 1639
• Pablo Alvarez – Vega Sicilia, Espagne – Fondé en 1864
• Philippe Sereys de Rothschild – Baron Philippe de Rothschild, France – Fondé en 1853
• Hubert de Billy – Champagne Pol Roger, France – Fondé en 1849