Charles Piron
DIVERS

La Loire, toujours aussi populaire en Belgique

Situé à seulement 500km de la Belgique, le Val de Loire connait toujours autant de succès auprès des consommateurs belges. La raison ? Des vins frais, fruités, légers, gourmands et faciles à boire qui plaisent aux anciennes générations comme aux nouvelles !

La Belgique est le 4ème pays importateur de Vins du Val de Loire après les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Pour les 6 premiers mois de 2021, +14% en volume et +17% en valeur par rapport à 2020. Rien que sur le mois de juillet, les exportations ont grimpé de 12%. Ces chiffres témoignent de l’attachement des Belges au vignoble ligérien. Muscadet, Touraine, Saumur, … tous ces noms sont des références en Belgique.

« Les vins de Loire ont le vent en poupe, car ce sont des vins frais et gourmands, avec beaucoup de minéralité pour les blancs et des tannins soyeux ou fondus  pour  les  rouges. Les  vinifications  ont  évolué  et laissent place à des expressions de terroir pures et franches », constate Vivien Blot, cofondateur et cogérant de la cave et bar à vins Titulus à Bruxelles. Dans Ieur cave, les vins du Val de Loire constituent 10 à 15 % de l’assortiment. Qui dit « Val de Loire » pense immédiatement à « Jardin de France » et ce n’est évidemment pas une coïncidence, car la même alchimie de climat, de sols variés et de végétation à l’origine de ces vins uniques donne également naissance à une infinité́ de fleurs dont les parfums se retrouveront dans votre verre. Dans le Val de Loire, le climat est qualifié́ de « frais à modéré», même si la température moyenne est supérieure de 1 à 1,5°C à celle de Bruxelles. Il y fait aussi beaucoup plus sec, avec une pluviométrie moyenne de 350 à 450 mm par an, contre 850 chez nous. La Loire est même l’une des régions viticoles françaises les plus sèches de France, ce qui peut paraître étonnant, car le fleuve nous emmène directement à l’Océan Atlantique. Cette combinaison de températures et de relative sècheresse donne naissance à une gamme étonnante de vins avec de diversité d’arômes et de saveurs.

Alexis Vallar, le patron d’Antidotes, cave à vins et épicerie fine basée, elle aussi à Bruxelles dresse le même portrait flatteur. « Les vins du Val de Loire sont gouleyants : frais, fruités, légers et faciles à boire. Ils sont particulièrement appréciés pour accompagner les apéritifs, les pique-niques et les barbecues. » En effet, ces vins faciles à boire sont idéaux pour les moments festifs et les nouvelles générations l’ont bien compris. Car les jeunes se tournent en effet vers les vins de la Loire qui sont aussi, rappelons-le, souvent de très bon Rapport qualité/prix.

Les 4 « F » de la Loire

F comme «frais» ou «fraîcheur»:
la fraîcheur d’un vin n’a rien à voir avec sa température de service, mais bien avec son caractère et son degré d’acidité. Ces éléments doivent être toujours être étroitement mêlés avec le fruit du vin, sans quoi celui-ci sera souvent maigre et trop acidulé. La fraîcheur est l’exact contraire de la rusticité et de la surmaturité, elle assure la bonne «buvabilité» du vin (autrefois on parlait d’un vin gouleyant) et ce que l’on recherche dans un vin moderne.

F comme «fin» et «finesse»:
le terme s’applique autant aux arômes qu’à la texture du vin. Le terme ne s’applique pas aux vins dont l’attaque est éclatante ou très intense, la finesse d’un vin se révèle lentement, gorgée après gorgée, couche après couche, libérant de nouvelles saveurs. Elle va souvent de pair avec la complexité, jamais avec l’exubérance. En termes de texture, on parlera de finesse lorsque le vin n’est pas gras, mais plutôt soyeux ou fin comme une belle étoffe.

F comme «fruité» et «fruit»:
pas de «fun» ou de plaisir à boire un vin sans fruit. On dit souvent qu’un vin moderne ne se fait pas dans la cave, mais bien dans le vignoble. Le vigneron doit en effet constamment surveiller la maturité de ses fruits (des raisins donc) et choisir de la sorte le moment optimal pour les cueillir. Ni trop tôt, ni trop tard. Par ailleurs, après la fermentation, les raisins parfaitement mûrs exhaleront bien plus de notes fruitées que les autres.

F comme «floral» et «fleur»:
la «floralité» se découvre surtout au nez et en retro-olfaction, on parle ici d’arômes et d’esters fins qui se retrouvent souvent dans les vins les plus délicats. Ces parfums floraux sont plus discrets, au contraire des arômes fruités plus présents, ils renvoient directement au terroir et indiquent la présence de fleurs autour de celui-ci. Leurs odeurs sont en effet capturées par les raisins et stockées sur la peau des grains. Ces arômes sont eux aussi un indice de qualité.