Baudouin Havaux
VIN BELGE

Le succès fou du Domaine W

Domaine W, un succès agronomique, œnologique et financier incontestable dans le monde en pleine effervescence des vignobles belges. Il fait partie en Belgique de la dizaine de projets viticoles commercialement viables dont la qualité de leur production n’a rien à envier à nos voisins qui jouissent pourtant d’une expérience et d’une tradition ancestrale.v

L’histoire du domaine W est récente. les premiers pieds de pinot noir, chardonnay et pinot meunier n’ont été plantés à Tubize, à 25 minutes de la capitale, qu’en 2016, par Sophie Wautier et son mari Dimitri Vander Heyden. A l’évocation des cépages on déduit de suite que le projet est focalisé sur l’élaboration de vins effervescents. Première récolte en 2018 avec à la clé seulement 2.500 bouteilles de « Brut de Brabant » vinifiées et élaborées à la coopérative de Liège. Le chais sera construit l’année suivante. A première vue, rien ne prédestinait Dimitri directeur général de Danone en Autiche et Sophie psychologue à ce retour à la terre. C’est le choix personnel de construire une nouveau projet de vie qui les a conduit à prendre un virage à 180 degrés. Un virage serré mais bien calculé qui n’a pas été improvisé. En poste à Vienne, ils acquièrent un domaine viticole autrichien pour se faire la main. Après deux années à la tête de l’exploitation, Dimitri négocie bien sa sortie de Danone et ils s’investissent dans leur nouvelle entreprise viticole au cœur du Brabant  près de Tubize ,au n° 2 du Chemin des vignes à Sainte, sur l’exploitation agricole des parents de Sophie. La page est tournée. Il ne reste plus qu’à réussir le grand saut.  Mais au fait comment faut’ il interpréter le « W » ? Wallon, Wine ou Wautier ?

100% en biodynamie

Il fallait être fou, pensaient tous les vignerons belges, pour prendre la décision de mener en Belgique un projet de vignoble conduit en biodynamie. Les conditions climatiques de notre royaume ne présentent pas les mêmes avantages que dans le sud de la France. Les deux années passées en Autriche au commande de leur vignoble conduit en biodyamie leur ont permis d’intégrer les techniques.  L’Autriche le berceau de la biodynamie, où les produits bio sont la norme et où l’on peut lire sur de grands panneaux le long des routes que «  le bio ce n’est pas suffisant ! ». En Belgique par contre le pari était osé mais le résultat des trois premiers millésimes leurs ont donné raison. Déterminés dans leur choix, il faut avouer que Sophie et Dimitri ont profité d’une succession de trois années particulièrement ensoleillées et sèches qui n’ont pas favorisé le développement de maladies cryptogamiques. Aujourd’hui sur 8 ha. planté, le Domaine W compte 35.000 pieds de vigne entourés de 600 arbres et arbustes, de prairies fleuries, de ruches, de piquets à rapaces et un abri à chouette qui assurent la biodiversité. L’équipe s’est étoffée avec l’arrivée d’Olivier De Vuyst et de Maxime Gassée. L’ancienne grange s’est métamorphosée en un chai flambant neuf, avec de petites cuves inoxydables et beaucoup de barrique qui permettent une gestion parcellaire du vignoble. Et comme pièce maitresse un pressoir mécanique « Coquard » acquis en Champagne. Un petit bijou qui permet un pressurage doux, par paliers, capable d’extraire un jus claire, pratiquement sans bourbe. A l’étage une magnifique salle réception domine les rangs de vigne. Un panorama exceptionnel pour organiser des réunions professionnelles (www.salon-w.be ).

Le financement, le nerf de la guerre

Christophe Heynen MW ,le rappelait récemment,  « Les besoins de capitaux pour l’implantation d’un nouveau vignoble sont très importants et la grande majorité des vignobles belges sont fragilisés par la sous-capitalisation de leur projet ». ( voir encadré ci-dessous). Conscient de l’enjeu financier, Dimitri et Sophie se sont donnés les moyens de ses ambitions. Propriétaires du foncier à titre privé ils ont souhaité conserver la maitrise du domaine en ouvrant moins de 50% du capital à 25 associés qui ont participé aux fonds propres pour une valeur de 700.000€. Dès la création du domaine un système de prévente et la création du club W dont les membres profitent de nombreux avantages ont permis de récolter près de 900.000€ . Il est encore possible de devenir membre ( cfr : www.domaine-w.be/club-w).  Ce montage financier a convaincu les banques d’apporter un montant additionnel de 800.000€ pour assurer l’extension du projet. Grâce à ce tour de table réussi, ils peuvent compter sur un outil de production performant, 100% opérationnel et être en équilibre dès la première année.

Dégustation : 

Le millésime 2018 du « Brut de Brabant », le seul actuellement prêt à être dégusté, est déjà une réussite. Le tiers de la vendange a été vinifié en barrique de chêne et le reste en cuve inox. Un « Crément de Wallonie »,  Brut Nature, assez structuré et d’une grande fraicheur. Les notes d’agrumes et de poire titillent les papilles. Les conditions climatiques de l’été et de l’automne 2016 ont évidemment joué en leur faveur. Les raisins à parfaite maturité expliquent qu’il n’a pas été nécessaire de doser le vin. Cette cuvée n’affiche que 2 gr. de sucre résiduelle. La quantité totale de sulfite est de 34mg/l . A titre de comparaison un vin conventionnel contient moins de 235 mg/l, un vin bio moins de 205 mg/l, un vin biodynamique « Demeter » moins de 60 mg/l et un vin nature moins de 40 mg/l. A moins d’être membre du club W il vous sera pratiquement impossible d’y gouter. Mais rassurez-vous la production des prochains millésimes devraient progressivement passer de 2.500 cols à 50.000 cols dans les années à venir.