Partenaire

La Famille Helfrich et le Château du Tertre

Originaire d’Alsace, la famille Helfrich a toujours reconnu l’importance de Bordeaux. Et pas uniquement du Médoc, mais bien de tout Bordeaux. La famille a en effet toujours témoigné du respect et de la fascination pour l’alliance du terroir, du savoir-faire, de l’excellence et l’innovation des Girondins. C’est pourquoi elle a saisi l’opportunité de s’inscrire dans l’histoire glorieuse d’un domaine viticole d’exception à Margaux : Château du Tertre.

La famille Helfrich et son groupe Grands Chais de France ont investi ces dernières décennies dans l’acquisition de la maison bordelaise Dulong Frères et Fils, les Châteaux Bastor-Lamontagne (Sauternes) et Cantin (Saint Emilion Grand Cru), des marques de vins Calvet, Alexis Lichine et Louis Eschenauer. Elle s’est également intéressée à Crus et Domaines de France, une maison de négoce bordelaise composée d’une équipe commerciale de 25 personnes entièrement dédiée au vignoble de Bordeaux.

Margaux
En mars 2021, la famille Helfrich s’ancre plus encore à Bordeaux en prenant en fermage le Château Du Tertre après la cession des propriétaires à un groupe institutionnel français. Le Château Du Tertre, 5e Grand Cru Classé, se trouve au point culminant de l’appellation Margaux, sur le secteur d’Arsac, secteur le plus à l’ouest de celle-ci. Tertre signifie d’ailleurs colline. De plus, de tous les Margaux, c’est le plus éloigné de la Gironde.

Le domaine a un peu moins de 900 ans (1143) et appartenait à l’origine à la seigneurie des Maisons Nobles d’Arsac et du Castéra. Au XVIIIe siècle, le plus grand producteur de bouteilles de Bordeaux, Pierre Mitchell, d’origine anglaise, fait construire le château actuel et replante le vignoble. Le vin fait sensation et acquiert une bonne réputation, à tel point qu’il est inclus dans le classement de 1855. Par la suite, le château changea régulièrement de mains, en passant notamment dans celles de la famille Capbern-Gasqueton, propriétaire de Calon-Ségur à Saint-Estèphe.

Aujourd’hui, la propriété compte un total de 80 hectares, dont 58 de vignes en AOP Margaux. Depuis 1855, la superficie est quasi restée inchangée. Après la reprise en 1997 du domaine viticole par la famille néerlandaise Albada-Jelgersma, d’importants investissements ont été réalisés. Les installations ont été modernisées et le vignoble restructuré.

Entretien avec Romain Beurienne, directeur technique
Nous nous sommes entretenus avec le directeur technique Romain Beurienne, qui faisait également partie de l’équipe technique sous la famille Albada-Jelgersma. En tant qu’ancien chef de culture, il a bien évidemment vécu la restructuration de près : «Lors de la restructuration, explique-t-il, il a été tenu compte de la relation entre le sol et les cépages plantés. De plus, les nouvelles plantations se sont faites en augmentant les densités, améliorant ainsi la qualité des raisins produits et accompagnant une sélection plus restrictive des lots. Comme la restructuration se poursuivra à minima jusqu’en 2026, nous avons tenu et tenons toujours compte du changement climatique en optant pour des porte-greffes différents, plus adaptés à répondre au bouleversement climatique. La restructuration nous offre donc de nombreuses possibilités d’améliorer la qualité et d’anticiper ce que l’avenir nous réserve. »

(continuez à lire en dessous de la photo)

 

 

Style maison
Une partie du style d’un vin de Bordeaux est scellée dans le terroir et les plantations. Au Château du Tertre, les plantations sont composées comme suit : 57% Cabernet sauvignon, 18% Merlot, 10% Cabernet franc et 14% Petit Verdot. Naturellement, ces chiffres peuvent évoluer légèrement sous l’influence des restructurations encore à réaliser. Mais le style des vins d’une propriété va au-delà d’un assemblage basé sur ce que le vignoble offre. Elle dépend aussi en partie des intentions et des décisions de l’équipe.

« Si certains Margaux sont puissants et démonstratifs, » poursuit Romain Beurienne, « ce n’est pas le style du Château du Tertre. Traditionnellement, notre vin est plus sobre, marqué par délicatesse, la subtilité et la féminité. C’est un vin qui ne se donne pleinement qu’avec le temps. Mais le style d’un vin dépend aussi en partie de son millésime que l’on peut comparer à un jeu de cartes que l’on mélange : chaque année a des atouts différents et nous travaillons pour arriver à l’assemblage final. Nous prenons la décision de l’assemblage final « en petit comité ». Outre moi-même, il s’agit de notre maître de chai Louise Straub (photo ci-dessous), de la directrice générale Cynthia Capelaere et d’Eric Boissenot, consultant au Château. En 2021 cela a conduit à une option inhabituelle où nous avons utilisé tout le Cabernet franc disponible. »

Et Cynthia Capelaere d’ajouter : « Nous n’hésitons pas non plus à prendre des décisions drastiques. Lorsque certaines parcelles ne répondent pas à nos normes, nous ne les utilisons ni pour le premier vin ni pour le second. Ce vin est alors simplement vendu en vrac. »

(continuez à lire en dessous de la photo)

 

 

 

Cépages blancs

La maison produit également un vin blanc, le Tertre Blanc. On le remarque de plus en plus ces derniers temps, les maisons qui ont un nom dans le Médoc font désormais aussi un vin blanc, alors que l’on prétendait autrefois que seuls les Graves pouvaient produire un vin blanc décent dans la région de Bordeaux.

Mais même pour le Médoc, le vin blanc du Château du Tertre est un franc-tireur. Tout d’abord parce que les parcelles de ce vin (6,25 ha au total) ont été plantées sur un sol graveleux et frais, à l’extérieur de l’aire d’appellation Margaux mais également de toute autre appellation.

L’équipe du Château du Tertre n y a vu l’occasion de laisser libre cours à sa créativité : en plus du Sauvignon blanc, des cépages non bordelais tels que le Chardonnay, le Viognier et le Gros Manseng ont été plantés. Résultat : le vin vit joyeusement sa vie de « Vin de France » .