Dirk Rodriguez
AGENDA

Les vignerons de Saint-Emilion luttent contre la grêle

Les vignerons de Saint-Emilion ont voté la mise en place d’un système collectif de lutte contre la grêle.

Canicule, gel, grêle… les vignes sont soumises tout au long de l’année à des aléas climatiques de plus en plus fréquents et violents. Comment lutter contre ces risques ? Comment faire face à ces phénomènes naturels qui peuvent entraîner la perte des récoltes et du travail de toute une année ? Pour tenter de juguler ces fléaux, le Conseil des Vins de Saint-Emilion mène différentes études afin de mutualiser la lutte et la rendre plus efficace.

Il a ainsi travaillé pendant plus de deux ans afin de proposer à ses adhérents un système unique de lutte contre la grêle. Cette solution a vocation à être déployée à l’échelle des appellations Lussac Saint- Emilion, Puisseguin Saint-Emilion, Saint-Emilion et Saint-Emilion Grand Cru (soit environ 7500 hectares et 900 vignerons).

Comment fonctionne le système ? 

Ce système est à la fois très technique et très simple : un radar central extrêmement précis détecte dans un rayon de 30 kilomètres tous les fronts orageux en mouvement ou en formation. Le logiciel envoie un message afin d’informer les viticulteurs de l’approche d’un orage. Ils peuvent alors déclencher automatiquement et à distance tout ou partie des 37 lanceurs répartis sur le territoire, lorsque l’orage est à environ 7km.

Les lanceurs libèrent des ballons gonflés d’hélium qui sont aspirés par les courants ascensionnels générés par les orages. Une fois au cœur du nuage, un altimètre déclenche une torche qui disperse alors des sels hygroscopiques (200g dans chaque ballon) afin d’ensemencer les nuages.
Ces sels de chlorure de calcium permettent de limiter ou d’empêcher la formation des grêlons et de provoquer à leur place des précipitations. L’ensemble du système est alimenté par des panneaux photovoltaïques. Sans pour autant offrir une garantie à 100%, ce système doit permettre de diminuer très largement l’impact de la grêle.

C’est le maillage et le quadrillage de l’ensemble du territoire qui font la force de ce projet. Dans ce cadre, les 37 lanceurs semi-automatiques seront répartis sur les 4 appellations avec une première phase d’installation dès juin 2021.