Baudouin Havaux
VIN BELGE

Le monde change, les métiers aussi

Qui aurait pu prévoir il y a dix ans l’essor fulgurant de la viticulture belge et dans son sillage qu’une formation en Viti-viniculture, victime de son succès, affiche complet ? Le monde économique est en permanente mutation et les métiers s’adaptent à cette évolution.

Hier un vigneron belges était obligé d’émigrer vers le sud et aujourd’hui il y a pénurie de talents dans les vignobles wallons. Comme la nature a horreur du vide c’est tout naturellement qu’une formation officielle en viti-viniculture a vu le jour il y trois ans au sein de l’IFAPME de Perwez, un des centres de l’Institut wallon de formation en alternance pour indépendants, petites et moyennes entreprises. Tout naturellement n’est pas le terme exacte, car comme nous l’explique, Manuel Wilmot, le bouillant et charismatique porteur de ce projet, cette formation n’aurait peut-être pas vu le jour sans un concours de circonstances. «  Il faut savoir que la commune de Perwez est jumelée avec Kaysersberg en Alsace (élue «  village préféré des français » en 2017).  Comme coordinateur des divers programmes de formation de l’IFAPME de Perwez, j’ai été invité avec d’autres collègues à participer à un voyage de jumelage lors duquel nous avons eu la chance de visiter le lycée viticole local. Impressionné par la qualité de l’enseignement, l’infrastructure pédagogique et le vignoble didactique de 30 ha. destiné aux travaux pratiques, d’abord sous forme de boutade, l’idée de créer quelque chose de similaire en Belgique a germé. Grâce aux excellentes relations avec le lycée, ( le vin crée des liens) nous avons établi un partenariat et également eu la chance de recevoir leurs référentiels de cours que nous avons revus et adaptés à la réalité de la viticulture belge. Pour la première rentrée en septembre 2018 nous nous attendions à inscrire 4, au maximum 6 étudiants, nous avons reçu 30 inscriptions. Contre toute attente nous avons eu le même nombre d’inscrits en 2019 et 2020. Mais attention tous ne sont pas arrivés au bout du cursus. La première promotion sortie en septembre dernier comptait moins de la moitié des élèves.» Surfant sur l’essor de la viticulture en Wallonie, l’IFAPME ne peut répondre à la demande et les places sont limitées. Les cours sont adaptés aux spécificités de la Belgique :  Son climat de plus en plus doux qui favorise le développement de la viticulture, des cépages particuliers ( souvent interspécifiques) adaptés à notre climat et à nos terroirs.

Actuellement il existe deux programmes distincts : Une formation en alternance de chef d’entreprise en viti-viniculture et une formation d’ouvrier viticulteur. 

Inaugurée en septembre 2018 la filière chef d’entreprise s’étale sur deux ans et compte 2 fois 328 heures de cours théoriques, 2 fois 250 heures de stage en entreprise. Un travail de fin d’étude devra également être présenté pour obtenir la certification. Les cours se donnent le mardi de 18h à 21h30 et le samedi de 9h à 17h. La formation d’ouvrier viticulteur ne dure elle qu’une seule année. Elle aborde le travail dans la vigne et au chai, mais  apporte également des notions pratiques de soudure, d’électricité, ou de réparation de machines par exemple. Parallèlement à ces deux cycles l’IFAPME a développé un programme de formation continue et de conférences ouvert à tous consacré par exemple à la macération carbonique, au choix des cépages, à l’étude des sols ou exercices de plantation.

Qui sont ces élèves qui se bousculent pour obtenir une place ? La majorité des élèves sont des adultes en reconversion professionnelle ou souhaitant développer une activité annexe. On observe que des agriculteurs diversifient leurs activités ou souhaitent se reconvertir dans le domaine de la production de vin. Cela peut être une reconversion partielle ou totale. Ces nouvelles débouchées nécessitent des qualifications adaptées à la complexité du métier. On devrait parler au pluriel, tant sont nombreux les sujets à maitriser : l’agronomie, la chimie, la dégustation l’œnologie, la gestion, le marketing, etc. Les cours théoriques couvrent tous les aspects des méthodes de culture et de production du vin. Ils  comprennent par exemple des cours scientifiques de base ( biologie, microbiologie, écologie, chimie, génétique), technologie des équipements, vinification, élevage, conditionnement, gestion d’exploitations, utilisation des sulfites et les levures etc… ». Idéalement situé entre plusieurs exploitations viticoles comme le vignoble de Bovesse, ou le  Domaine du Ry d’Argent près de Namur, l’institut en profite pour y mener les exercices pratiques. A noter que cette formation accessible à tous à partir de 18 ans est également disponible à Villers-le-Bouillet.