Charles Piron
DIVERS

Les différences entre le vin nature, naturel et biodynamique

Il est de plus en plus difficile de comprendre les indications sur les bouteilles. Entre Vin Nature, Naturel, Biologique et Biodynamique, comment s’y retrouver ?

Eh bien, ce n’est pas si simple… D’abord parce que certains termes respectent un véritable cahier des charges alors que d’autres ne possèdent pas encore de règles officiellement définies. Ensuite parce qu’entre les pays producteurs, les règles peuvent varier ! On essaye de clarifier tout cela, explication.

1/ Bio(logique)

Les vins bios sont les mieux encadrés, mais il s’agit d’un niveau relativement peu strict. Ces vins sont soumis à un cahier des charges au niveau européen. Les pesticides et herbicides de synthèse sont interdits dans la culture de la vigne. Les doses de soufre sont réduites, mais pas interdite. Et les vins sont certifiés par un organisme agréé. On reconnait très vite le logo de la feuille sertie de douze étoiles sur la bouteille.

2/ Biodynamique

La Biodynamie pousse encore un cran plus loin les restrictions. Ici, les vignes sont cultivées dans le respect de la terre et les préparations sont dynamisées. La culture de la vigne est envisagée autour d’un écosystème global. Il existe deux organismes officiels : Biodyvin et Demeter.

3/ Naturel ou Nature

Dans le cas du vin, Nature et Naturel sont synonymes. Contrairement aux deux premiers qui possèdent leur charte au niveau européen avec leurs logos, leurs contraintes et leurs permissions, le vin naturel ne possède aucune valeur juridique reconnue par l’E.U. et pas de logo. Le seul repère existant est une association, l’Association des Vins Naturels (www.lesvinsnaturels.org), qui regroupe une cinquantaine de vignerons membres et qui ont défini un cahier des charges qu’ils se doivent de respecter.

1/ On retrouve les points suivants :
2/ Une culture bio ou biodynamique à la vigne
3/ Des vendanges manuelles
4/ Utilisation des levures indigènes pour la fermentation (levures présentent naturellement sur la           baie des raisins)
5/ Aucune utilisation de techniques « brutales » pour le vin (osmose inverse, flash pasteurisation…)
6/ Aucun intrant œnologique lors de la vinification à l’exception du sulfite qui doit respecter les quantités suivantes.

  • – Pour les rouges et effervescent, de : 0mg/l à 30mg/l maximum (contre 150 mg/l autorisé par l’E.U)
  • – Pour les blancs que de : 0mg/l à 40mg/l maximum (contre 200mg/l à 400mg/l autorisé par l’E.U)

Évidemment, de nombreux producteurs affirment qu’ils suivent cette démarche sans être membres de l’association, il s’agit ici d’une relation de confiance entre le consommateur et le producteur.

4/ S.A.I.N.S

Le vin S.A.I.N.S est le plus strict de cette liste. Il s’agit d’une section dans les vins naturels encore plus restrictive : les vins Sans Aucun Intrants Ni Sulfites (S.A.I.N.S). Rien n’est autorisé et tout est interdit. Aucun entrant, aucun produit, aucun sulfite. Le vin est réduit à sa plus simple expression. Attention tout de même, car la fermentation produit naturellement du sulfite, il faut donc parler de vin « sans sulfite ajouté ». Ici aussi, aucun organisme ne reconnait encore officiellement ce terme.

Et les « Brut Nature » ?

Attention, une autre dénomination appelée « Brut Nature », que l’on voit sur les bouteilles de bulles ne signifie en aucun cas la définition de vin Nature. Restez connecté, on vous explique tout dans quelques jours sur ce site.

La dénomination “Vin méthode nature”

En 2020, une définition et un label ont été officiellement validés par les services des fraudes français. Une cinquantaine de vignerons ont déjà adhéré à la proposition du jeune Syndicat de défense du vin naturel. Ce label se nomme « Vin Méthode nature », retrouvez tous les détails, ici :

« Vin Méthode Nature », les 12 règles pour afficher la nouvelle dénomination