Baudouin Havaux
BELGIQUE

Ces bulles belges couvertes d’or

Dire que les vignerons belges font partie du peloton de tête des producteurs de bulles ce n’est pas du chauvinisme, mais du réalisme. Certes l’histoire des mousseux belges ne remonte pas à plus de deux décennies, mais la progression de la qualité est fulgurante.

Comme preuve irréfutable, les trois médailles d’or et les trois médailles de bronze obtenues au dernier Concours Mondial de Bruxelles qui s’est tenu en septembre dernier à Brno, République Tchèque. Il ne s’agit pas d’une première. Depuis plusieurs années les producteurs de vins effervescents belges partagent les plus hautes marches du podium avec leurs collègues producteurs de Cava, Champagne, Prossecco ou de Crémants de France et du Luxembourg. Cette compétition lors de laquelle près de 9.000 vins originaires du monde entier sont dégustés à l’aveugle est reconnue au niveau international comme l’une des plus rigoureuses.

Comment expliquer le succès des vins mousseux belges ? Plusieurs raisons peuvent être invoquées. La première est certainement la motivation et la passion des entrepreneurs qui se sont lancés tête baissée dans un pari jugé par certains hasardeux. Il s’agit d’investissements financiers importants avec une potentielle rentabilité à long terme. Contrairement à un viticulteur traditionnel qui reprend l’exploitation viticole familiale, ici en Belgique ce sont des chalengeurs qui partent d’une feuille blanche en prenant tous les risques. On comprend mieux la détermination de nos vignerons. Une autre raison que l’on peut invoquer est la sélection d’un terroir approprié aux vins mousseux qui apprécient particulièrement les sols calcaires. Le calcaire permet un peu comme une éponge d’absorber en hiver l’eau des précipitations et de la restituer en été afin d’éviter à la plante un stress hydrique. La faille calcaire qui s’étend de la Bourgogne à Paris et sur laquelle sont  plantés les vignobles de Champagne se prolonge en Belgique et affleure à certains endroits dans nos campagnes. C’est évidemment ces affleurements qui sont recherchés par nos vignerons pour planter leur vignoble. L’échauffement climatique joue clairement dans le camp des vignerons belges. Sans la hausse des températures enregistrée ces dernières années il aurait été impossible de mener au bout la maturité des raisins. Variétés de raisins qui ont été sélectionnées pour leur maturité plus rapide et une résistance aux maladies. N’oublions pas qu’il pleut en Belgique et que l’oïdium et le mildiou adorent l’humidité.

1/ Ruffus, Brut Rosé, Vignoble des Agaises

On peut considéré Raymond Leroy, à l’origine du vignoble des Agaises comme le pionnier des mousseux belges. En 2002, c’est lui le premier a avoir élaboré un effervescent et l’avoir commercialisé avec un succès tel que depuis son premier millésime il est toujours en rupture de stock. Le vignoble situé à un lancé d’orange de Binche, au lieu dit « Les Agaises » est exposé plein sud. Avec 300.000 pieds plantés sur 30ha., c’est aujourd’hui le plus grand vignoble belge. Grace à une courte macération avant pressurage pour garder les tons rosés, cet assemblage de Chardonnay, Pinot Noir et Pinot Meunier offre une bouche fruitée accompagnée d’une agréable vinosité́. Idéal à l’apéritif, il accompagne aussi vos mises en bouche et vos desserts. D’une très belle persistance, ce vin mousseux a de quoi vous surprendre. A noter que le Ruffus Brut Rosé a déjà décroché l’or en 2012 à Guimarães, Portugal et en 2016 à Plovdiv, Bulgarie. 24,90€ (cavistes)

2/ Chant d’Éole – Cuvée Prestige 2015

Le domaine situé au pied des éoliennes de Quévy bénéficie des bonnes grâces du dieu Eole.  La cuvée prestige de chez Chant d’Éole est la bouteille la plus chère de cette sélection. Mais il faut le dire, c’est un vin d’exception. Récompensée plusieurs fois au Concours Mondial de Bruxelles, cette cuvée 2015 a tout des plus grands. Des bulles très fines. Un nez fin et floral avec des notes de pêche, d’amandes douces et miel d’acacia. Une attaque fraîche et tonique. Une longueur persistante et équilibrée. Le vieillissement de 48 mois lui confère beaucoup de complexité et de matière en bouche. Ce vin mousseux sera votre compagnon idéal pour l’apéritif. Malheureusement, vu le succès, cette bouteille est de plus en plus difficile à trouver en Belgique. Sans compter qu’une partie est réservée aux offrandes du dieu Eole. 28,50€ (cavistes)

3/ Domaine Entre-Deux-Monts, Rosé 2017  Westouter

Situé à l’extrême sud de la Flandre-Occidentale à Heuvelland, les chais d’Entre-Deux-Monts sont nichés entre le Mont Rouge et le Mont Noir d’où le nom Entre-Deux-Monts. Inspiré par son père, Martin Bacquaert plante ses premières vignes en 2005. Aujourd’hui le domaine atteint 18 hectares. Chardonnay, Pinot Gris, Pinot Auxerrois, Pinot Noir, Kerner l’Acolon sont plantés non pas dans un sol calcaire, mais sablo-limoneux. La minéralité, la fraicheur et l’élégance des vins est apportée par des grès ferreux et du silex. 100 000 milles bouteilles de vins mousseux sortent chaque année du chai, blancs, rouges et fortifiés. Le chai entouré de vignes, offre un magnifique espace de réception pour les groupes de visiteurs d’où vous pouvez observer le splendide paysage vallonné de Havillan. €17,60

Les trois médailles d’argent :

– Brut de Bioul 2018
– Chant d’Eole Brut rosé 2017
– Pink Pearl Genoels-Elderen 2015