Baudouin Havaux
BELGIQUE

Ne l’appelez plus le vignoble de Nouvelles, mais le Domaine Mont des Anges

Jusqu’il y a quelques semaines, le Vignoble viticole planté dans le village de Nouvelles, en province du Hainaut, était connu dans la région comme le  vignoble de Nouvelles. Après plus de trois années d’existence, il a enfin été baptisé par ces deux fondateurs, Vincent de Busscher et Laurianne Lejour du nom de « Domaine Mont des Anges ». La date du baptême correspond à celle des premières vendanges qui se sont déroulées au mois de septembre, avec deux semaines d’avance.

Sous un soleil radieux, 40 vendangeurs bénévoles armés de sécateur ont commencé à récolter au début du mois de belles grappes de chardonnay et pinot meunier bien mures. Quinze jours plus tard,  ils sont revenus ramasser le pinot noir qui demande un peu plus de temps pour atteindre une maturité optimale. L’assemblage de ces trois cépages, emblématiques de la prestigieuse région de Champagne, évoque de suite un vin effervescent légèrement doré. Effectivement ce nouveau domaine se profile comme producteur de vin mousseux réalisé selon la méthode traditionnelle. Mais il nous faudra faire preuve de patience avant d’admirer les fines bulles et de déguster les vins de ce nouveau producteur wallon qui compte bien écrire sa propre succes story dans le sillage de ses confrères henuyés du Clos des Agaises et du Chant d’Éole. Les premières bouteilles sont attendues en septembre 2022, mais dès à présent il est possible de les acheter en « primeur ». Vu les conditions météorologiques exceptionnelles de cette année, le vin promet d’être bon et ce n’est pas un mauvais plan que de s’assurer quelques bouteilles en primeur. De plus ça ne pourra que soulager la trésorerie du domaine en pleine phase d’investissement.

Si la véritable histoire du mont des Anges débute concrètement en 2018 par la plantation de 17.500 pieds de vigne sur une parcelle de 4,2 hectares à Nouvelles, le projet a commencé à germer bien plus tôt dans la tête de Vincent De Busscher qui avait décidé de faire les vendanges en Champagne en 2008. Une curieuse idée pour un financier habitué à arpenter les salles de réunion de grandes banques avec son PC portable plutôt que les rangs de vigne avec un sécateur. Sa première expérience de vendangeur auprès de la famille Potié de Condé-sur-Marne l’amène à suivre des cours d’œnologie et d’empocher le diplôme (B.T.S.) en viticulture et œnologie d‘Avize en Champagne. En 2016 il lance le défi à Laurianne la fille de la famille Poitié de développer un vignoble en Belgique. Défi relevé, ils décident d’implanter leur vignoble en région montoise, pour son sol et sous-sol calcaire, qui n’est que le prolongement de la faille calcaire qui s’étend de la Bourgogne à Paris en passant par la Champagne. Orienté par un géologue qui leurs indiquent que » les meilleures craies se situent à Obourg, Spiennes et Nouvelles…. », le choix se porte sur un coteau riche en calcaire et silex, orienté Sud/Sud-Est avec une jolie pente de 13°. Le vignoble est situé dans le site des minières néolithiques de silex de Spiennes, un site d’exception classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. On y  trouve des puits de 20 mètres de profondeur servant à extraire (4.000 ans avant JC) le silex qui était taillé sur place pour fabriquer des pierres à fusil. Cette inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO apporte du prestige au projet, mais aussi des contraintes. S’étant engagés à préserver le sol et le sous-sol intacts, Ils ne peuvent par exemple pas arracher la vigne pour éviter de modifier la structure des sols. Si le vignoble n’est pas certifié bio, il s’en approche de très près. Les plants de vigne ont été sélectionnés pour leur résistance aux maladies, les sols sont tondus et donc pas désherbés chimiquement, et les fongicides appliqués son biologiques. Pour que le projet soit économiquement viable, Vincent De Busscher, qui ne renie pas son passé de financier, estime la taille idéale du vignoble à 17 ha. Il a conclu cette année, un accord avec Guy paternoster, un agriculteur à Havay pour étendre la surface d’exploitation de 7 ha. supplémentaires.

 Pour la petite histoire :
« Mont des Anges «, le nom légendaire inspiré directement du folklore et de l’histoire de la cité du Doudou demande une explication. En Aout 1914, au coeur de la bataille de Mons, les troupes britanniques encerclées par l’armée allemande sont prises au piège et doivent leur salut à un signe du ciel. Des anges lumineux font leur apparition et indiquent le chemin de la retraite vers la frontière française qui passe par Saint-Symphorien, Spiennes et Nouvelles. Une belle histoire qui augure de belles dégustations pour ce domaine qui affiche sur ses armoiries l’image de l’Ange jouant de la trompette pour guider les troupes et portant le casque de Saint-Georges patron de la ville de Mons.

  • Le Pinot noir prêt à être vendangé.