Baudouin Havaux
DIVERS

L’envolée des cubis

Explosion des ventes de cubis

Paradoxalement, en cette période de confinement où le nombre de convives à table ou rassemblés autour du barbecue est réduit au minimum. La vente des vins en maxi-volume a explosé en Belgique. Au point que toutes les grandes chaines de distribution enregistrent des ruptures de stock sur de nombreuses références de cubis.

Les chiffres sont édifiants, Maxim Lebrun, l’acheteur vin chez Carrefour confirme : «   Une forte augmentation des ventes de vin, tous formats confondus, mais une croissance de plus de 60% pour les cubis qui pourrait être encore être doublée, si nous n’étions pas confrontés aux ruptures de stock de nombreuses références. Cette pénurie de cubi s’explique par l’explosion de la demande au niveau européen et des problèmes logistiques engendrés par cette situation. Les chaines spécialisées de remplissage de BiB ( Bag in Box)  ne suivent plus, et le transport en provenance de certaines régions est perturbée comme à partir de l’Italie ou de l’Espagne. »

On observe depuis plusieurs années une croissance régulière du marché des cubis, mais on s’explique difficilement cette croissance exponentielle enregistrée ces dernières semaines. Les différents acheteurs de la grande distribution contactés n’ont aucune certitude pour expliquer cet engouement, ils ne peuvent qu’apporter des hypothèses. En cette période d’incertitude économique, le prix attractif est évidemment un facteur important. Patrick Andriessen, acheteur du groupe Colruyt, observe que : » Pour éviter les déplacements, les clients achètent de plus grosses quantités et le prix moyen du panier du consommateur a considérablement augmenté. Le cubi est une solution pour acheter des volumes plus importants. Les températures estivales clémentes pourraient aussi expliquer l’attrait pour le cubi perçu comme festif ». Le BiB est facile à empiler. Une fois ouvert, la conservation du vin est garantie au moins 4 à 8 semaines, sans risque d’oxydation, ce qui facilite une consommation quotidienne raisonnable.  A moins que ce soit le contraire, il permet aussi une consommation moins modérée à l’insu de son partenaire qui ne peut contrôler le niveau du cubi.

Notre sélection.

Nous avons dégusté et sélectionné pour vous, les meilleurs cubis présents dans les trois principales enseignes de la grande distribution. Confrontés aux ruptures de stock nous n’avons malheureusement pas pu déguster 100% de la gamme. La sélection a été sévère et avons attribué aux meilleurs vins 4, 3 ou 2 étoiles. Première constations : L’offre s’est fortement élargie en termes d’origines. Pratiquement toutes les régions de productions du monde proposent des bibs. Les vins d’AOC prestigieuse côtoient sans honte les vins de pays, ce qui se traduit par une large fourchette de prix (de 8 à 25€ le cubi de 3 litres, soit l’équivalent de 2 à 7 € par bouteille de 75 cl.). Il reste cependant un petit effort à faire au niveau du packaging. A part quelques rares producteurs qui rivalisent d’imagination pour attirer l’œil du consommateur, la majorité de ces boites sont ringardes et absolument pas en phase avec ce concept moderne de conditionnement. On ne peut que regretter l’offre minimaliste de design modernes et trendy aptes à interpeller la nouvelle génération décomplexée d’amateurs de vin. Et pourtant les surfaces de ces parallélépipèdes rectangle, offertes à la créativité artistique, est beaucoup plus étendue que l’étiquette des bouteilles de 75 cl.  Maxim Lebrun nous annonce pour le mois de juin un remaniement de l’offre chez Carrefour. Nous espérons être surpris !

Par contre au niveau de la qualité, même si tout n’est pas bon (il existe encore d’infâmes piquettes) on peut vraiment se faire plaisir au rayon des fontaines à vin. Il est indéniable que l’époque des cubis de vin-de-pays bas de gamme est derrière nous et qu’aujourd’hui la qualité est au rendez-vous.

Retrouvez lundi notre sélection de blancs et rosés. Mardi se sera au tour des meilleurs rouges.