Dirk Rodriguez
WINEBIZZ

Les négociants en vins en mode survie

Tous les magasins non essentiels doivent être fermés. Si le magasin physique est donc fermé, il reste néanmoins une alternative pour le commerce du vin : la livraison à domicile. Mais est-ce bien suffisant ? Vino! vous en dit plus.

Il n’y a qu’une façon de procéder pour se tenir au courant de la façon dont se déroule le commerce du vin dans ce contexte particulier : appeler un certain nombre de négociants en vins pour en apprendre plus sur la manière dont ils font des affaires. En principe, les magasins d’alcool – et donc les magasins de vin – sont autorisés à rester ouverts sous réserve du respect des instructions nécessaires (garder ses distances, payer numériquement autant que possible, etc.) mais cela se passe rarement ainsi dans la pratique et la plupart des magasins ferment faute de passage. Il reste cependant l’option de l’achat en ligne et plus que jamais, nous vous conseillons d’y recourir !

Du côté de chez Canette, spécialiste de vins grecs situé à Bruxelles, il est possible de passer au magasin, qui est encore ouvert car considéré comme un magasin d’alimentation. Cependant, peu de gens osent encore s’y rendre. Leurs principaux clients, qui appartiennent au secteur Horeca, sont actuellement fermés. Le site reste accessible pour toute commande en ligne : celles-ci fonctionnent bien habituellement mais elles ont malheureusement ralenti depuis le début des mesures. Par ailleurs, la poste étant chargée des livraisons, il faut voir comment la situation évoluera pour ce service.

De son côté, le magasin en ligne Oeno Belgium a encore fait quelques livraisons pour des cavistes et des épiceries fines samedi passé mais prévoit de ne plus recevoir de commandes Horeca dans les semaines à venir, alors que le secteur Horeca et les cavistes, épiceries fines et bars à vin représentent environ 80% de leur clientèle. Les commandes en ligne, qui s’adressent uniquement aux particuliers, représentent maximum 10% de leurs affaires, néanmoins ils observent un ralentissement de celles-ci alors qu’il est toujours possible de programmer un rendez-vous au dépôt ou d’effectuer des achats via leur site web.

Chez Brunin-Guillier, à Tournai, le magasin est fermé et les commandes tournent au ralenti : on déplore en effet des ventes en ligne stagnantes, voire en baisse. Si leurs principaux clients appartiennent au secteur Horeca, les particuliers qui souhaitent leur acheter du vin peuvent le faire via leur site web. Ces derniers les contactent plutôt par téléphone, par e-mail ou via Facebook, bien que le site de commande en ligne soit opérationnel. Notons cependant que les commandes sont à venir chercher sur place. En effet, les livraisons sont temporairement suspendues car les points de retrait sont fermés et leur livreur spécialisé est réquisitionné pour fournir pharmacies et hôpitaux. Il est donc conseillé de prendre rendez-vous pour prélever sa commande sur place. En conséquence, les clients actuels sont les habitants de la région résidant dans un rayon de 20 kms autour du magasin.

Chez Licata, le responsable de la communication Jurgen Ramaekers travaille désormais en partie à domicile, mais il suit de près le commerce et passe encore régulièrement au siège de Diepenbeek. Ramaekers : « Le magasin a fermé ce mardi à midi. La semaine dernière, toutes les livraisons aux restaurants ont cessé, de sorte qu’une partie du personnel est de facto au chômage technique. Nous avons normalement 6 chauffeurs d’entrepôt mais un seul travaille encore en ce moment pour traiter les commandes. Il ne pourra plus le faire en étant en voiture alors à partir de maintenant, nous utiliserons les services de coursiers. En ce qui concerne les commandes en ligne, nous avons une chance : le fait que notre activité B-to-C soit déjà à 35% en ligne. C’est également la raison pour laquelle deux employés commerciaux restent actifs à plein temps pour la boutique en ligne. Nous sommes curieux de voir si la croissance en ligne va se poursuivre grâce à ces mesures. Les chèques-cadeaux de fin d’année étaient encore valables jusqu’en avril : nous constatons que ceux-ci sont maintenant fortement utilisés ».

Chez Matthys Wines, à Bruges, on entend un son de cloche quelque peu différent : tous les employés sont temporairement inactifs mais le magasin reste ouvert car certains clients ont l’habitude de passer chercher quelques caisses dans le magasin-même. En outre, il reste les ventes en ligne, qu’il ne faut pas négliger : « Je ne fais que livrer moi-même les commandes en ligne, le soir et le matin avant l’ouverture du magasin. Je pense que c’est la chose la plus sûre, car les services de coursiers sont de plus en plus surchargés. La tendance en ligne est à la hausse, mais c’est normal car les affaires vont bien cette année – du moins jusqu’à présent. J’espère que nous serons débarrassés de cette situation en mai et que le paiement de la TVA sera déplacé au mois de juin. Il pourrait aussi y avoir des aides à venir, comme en France où Macron a déclaré qu’il ne laisserait aucune PME faire faillite ».

En tout état de cause, nous souhaitons beaucoup de courage à nos négociants en vins pour traverser cette épreuve et conseillons à tous les amateurs de vin d’acheter en ligne chez eux pendant cette période. Vous pouvez facilement le faire via les liens ci-dessous :

Ad Bibendum
Brunin-Guillier
Canette
Chacalli
Châteaux-Vini
Convento
Dulst
La Buena Vida
Licata

Magnus
Matthys Wines
Mig’s World Wines
Oeno Belgium
Sacacorchos

Vin du Portugal
XPertvinum

Demain : Qu’en est-il des importateurs qui ne livrent qu’aux revendeurs et restaurants ?