Dirk Rodriguez
DIVERS

Feux de forêt en Australie : quel est l’effet de la fumée sur le vin ?

Les environs de Sydney, Melbourne, Adélaïde et d’autres villes ont été ravagés. Elles se trouvent dans le Sud-Ouest de l’Australie, où l’on trouve aussi beaucoup de vignobles. On peut supposer un impact sur la production de vin de 2020, qui est maintenant presque mûre pour la récolte. Doit-on en déduire que cette récolte est ratée ?

« 2020 sera une année très difficile pour la viticulture », écrit l’agence de communication officielle Wine Australia. Leurs condoléances sont adressées à ceux qui ont perdu des membres de leur famille, des amis, des animaux domestiques, des caves entières ou des vignobles.

« Seulement 1% de dommages causés par le feu »
Cela peut sembler moins dramatique que prévu et en effet, seulement 1% de l’ensemble des 146.000 hectares de vignobles est concerné. Pour le moment, on ignore complètement à quel point les vignobles de ces régions sont touchés. Ce n’est qu’au début du mois d’avril, après la récolte, que cela deviendra plus clair.

Dommages causés par la fumée
Bien sûr, le feu lui-même n’est pas le seul problème pour la récolte. La fumée peut suffire à influencer le goût du vin au point que ça devienne problématique ; les incendies de forêt au Chili, début 2017, l’ont démontré. En Australie, une enquête sur le raisin sera menée quelques semaines avant les vendanges afin de voir l’impact de la fumée sur le profil aromatique. En cas de problème, un certain nombre de mesures sont déjà prévues.

Il convient de noter que l’Australie a de l’expérience avec les incendies de forêt, en partie parce que les mêmes problèmes ont été rencontrés en 2003. Il a été constaté que plus la période de récolte est courte, plus l’impact de la fumée sur le goût est important. Le vin acquiert alors des arômes « empyreumatiques », c’est-à-dire fumés, qui peuvent être exacerbés et donc dérangeants. Par ailleurs, cette touche fumée ne disparaît pas avec le temps : au contraire, plus le vin reste en bouteille, plus il est fumé.

La solution est évidente : s’il y avait des incendies à proximité du vignoble, il faut attendre plus longtemps pour les récoltes, jusqu’à ce que les effets aient presque disparu et qu’il ait déjà plu par exemple. Il est conseillé aux viticulteurs de faire un test avec quelques grappes pour vérifier les effets et décider eux-mêmes si le goût est « trop fumé » ou non. Si c’est le cas : attendez plus longtemps… ou ne faites tout simplement pas de vin.

Contrairement au feu, la fumée n’affecte pas le vignoble lui-même. L’année suivante, tout sera comme avant.

Photo ©Wine Australia