P. Ballesteros MW – D. Rodriguez – M. Vanel
BELGIQUE

Match de bulles Belgique-Angleterre: 4-4

Le Cercle des Amateurs de Vin (CAV), qui rassemble des fonctionnaires européens oenophiles, a récemment organisé avec la collaboration de notre collègue Pedro Ballesteros MW, une dégustation à l’aveugle de 18 effervescents belges et anglais.

Le 17 janvier dernier, nous fûmes témoins d’un match dont nous rêvions depuis quelque temps déjà : un match entre bulles belges et anglaises. Si les bulles belges se trouvent facilement chez nous (Mig’s World Wines, Popsss, Oeno-Belgium, etc), le problème principal était de trouver les bouteilles anglaises. Problème résolu : une Anglaise du CAV les a ramenés d’Outre-Manche.

Nous avons donc dégusté une quinzaine de mousseux à l’aveugle. Voici notre TOP-8.

Nyetimber Classic Cuvée 2016, English Quality Sparkling wine (Sussex) • 92/100, ±40€ : Limpide, reflets dorés, nez élégant avec une touche de levure boulangère, bonne structure, finale tout en finesse. Ce vin fut aussi le favori de tous les dégustateurs.

Schorpion Fibonacci, Vlaamse mousserende kwaliteitswijn (Limbourg) • 91/100, 43€ : Ouverture avec beaucoup de délicatesse, brioche et légère évolution au nez, acidité et matière bien fondues, finale pure et tout en finesse. Un des meilleurs effervescents belges réalisé en solera.

Ridgeview Blanc de Blancs “Single Vineyard” 2014, English Quality Sparkling wine (East Sussex) • 90/100, ±€70 : Attaque assez vive (100% chardonnay), impression d’agrumes, bouche propre et bien structurée. Dosage plus bas.

Grande Cuvée 2014 Franco Dragone – Ruffus (Hainaut) • 89/100 – ±40-43€ : Assemblage des trois cépages nobles, court passage en barrique et 24 mois sur lattes. Nez puissant et vineux, style légèrement oxydatif. Rondeur et matière, équilibre, finale en douceur.

Louis Pommery England, English Sparkling wine (Hampshire) • 89/100 – ±48€ : Le premier effervescent anglais du groupe Vranken Pommery Monopole lancé en mars 2018. Nez discret, légère touche d’acacia, nez vineux, le milieu de bouche manque un peu d’énergie, légère salinité en finale, mais de manière générale un vin bien équilibré au style ‘champenois’ très reconnaissable.

Schorpion Zwart Brut – Méthode traditionnelle, Vlaamse mousserende kwaliteitswijn (Limbourg) • 88/100 – ±24€ : Robe jaune avec des reflets dorés, épices douces en bouche, touches de brioche. Acidité bien fondue, structure un peu légère, finale fine et agréable. Blend de Chardonnay et Pinot noir.

Gusbourne Blanc de Blancs, English Sparkling wine (Kent) • 88/100, ±50€ : Une acidité plus élevée que les vins précédents, avec une touche verte, mais on retrouve la structure du Chardonnay en bouche. Fraîcheur en finale. Quelques mois de plus sur lies lui feraient du bien.

Entre-Deux-Monts, Bacquaert Brut (Heuvelland) • 88/100, ±22€ : Nez typé par son passage en barriques, ce qui donne beaucoup de charme mais aussi une touche oxydative. La bouche manque un peu de matière et de structure pour bien soutenir le bois. Blend de Chardonnay et Pinot noir.

Résultat pour les huit vins les plus appréciés : 4 vins partout, avec deux remarques.

Certains vignerons anglais de cette sélection, Ridgeview et Gusbourne par exemple, ont commencé à produire entre 1990 et 1995, leurs vignes ont donc plus de maturité et cela se goûte dans les vins.

Chez nous, à titre de comparaison, même si le vignoble de Chardonnay Meerdael a été planté au début des années 1990, Schorpion n’a sorti son premier effervescent qu’en 2000, Genoels Elderen en 2003 tandis qu’en Wallonie, le Vignoble des Agaises n’a été planté qu’en 2002.

La différence entre nos deux pays se marque en fait davantage au niveau des prix : les vins belges sont moins chers, c’est probablement dû à la proximité de la Champagne et à la concurrence du cava.

Enfin, notons que cette dégustation n’est pas représentative du marché des bulles, le Club ayant surtout sélectionné les cuvées les plus prestigieuses. Une expérience à renouveler plus largement donc.