Marc Vanel
BELGIQUE

Le 22, on célèbre Saint-Vincent

Le 22 janvier, c’est la fête du patron des vignerons et des maraîchers, un saint célébré depuis plus de 17 siècles…

Né au IIIe siècle à Huesca, modeste cité espagnole au pied des Pyrénées, Vincent devint rapidement diacre de Valère, évêque de Saragosse. A cette époque, les chrétiens étaient pourchassés à travers tout l’empire romain. En 303, l’un des premiers actes du préfet Dacien chargé de gouverner la province de Valence fut de condamner l’évêque Valère à l’exil et son diacre Vincent à la torture. La légende veut que celui-ci garda un calme inaltérable tout au long de son martyr avant de mourir le 22 janvier 304.

Pourquoi Vincent est-il donc devenu le patron des vignerons? Plusieurs versions existent pour expliquer ce choix. Tout d’abord, Vincent aurait été torturé sur une maie de pressoir (la partie basse dans laquelle le moût qui s’écoule au cours du pressurage est récupéré), le sang ayant coulé dans le pressoir à la place du vin prit rapidement force de symbole.

N’ayant pu le vaincre de son vivant, Dacien exposa sa dépouille en pleine campagne, puis ordonna de la jeter à la mer. Mais son corps regagna la côte plus vite que les marins chargés de cette tâche. Vincent apparut alors en vision à une dame, à qui il indiqua la position de sa dépouille. Selon les sources, ses restes auraient été transférés à Saint-Benoît-du-Castre en 855 et à la Sé (cathédrale) de Lisbonne en 1173. Le culte de Saint-Vincent s’est très vite répandu en Occident, il fut rapidement fêté aux quatre coins de l’Empire.

D’autres sens

Plusieurs jeux de mots composés sur son nom expliquent également ce choix – « Vin-cent qui multiplie le vin par 100 » ou « Vin-sang, le sang de la vigne ou des raisins » – mais c’est en réalité un miracle qui est à l’origine de ce choix. En effet, lors de son vivant, il démasqua le tenancier d’un estaminet peu scrupuleux qui mêlait de l’eau à son vin en séparant l’eau du vin en faisant couler le liquide sur sa tunique.

Enfin, plus proche de nous et de la viticulture, la date du 22 janvier coïncide surtout avec un moment capital du cycle végétatif de la vigne. Un interdit veut d’ailleurs que l’on ne taille pas avant la Saint-Vincent. A Vielsalm, un dicton assure également qu’« à la Saint-Vincent, l’hiver reprend ou se rompt les dents »…

  • Confrérie de l'Ordre de Saint-Vincent

A Huy, la Saint-Vincent est fêtée depuis le XIIIe siècle. Du temps des bons métiers de la ville, l’église Saint-Pierre avait été choisie comme lieu de culte pour cette messe du 22 janvier. Une fois l’office terminé, les vignerons, portant leur Patron, partaient en procession à travers les vignobles, ornés de mâts, d’oriflammes et de banderoles aux couleurs de leur métier. Une dernière messe fut célébrée pendant la Seconde Guerre mondiale, mais elle reprit en 1983 en l’église de Statte.

Plus tôt, en 1975, fut aussi créée à Jambes la confrérie de l’Ordre de Saint-Vincent pour faire revivre le passé viticole de la commune. Diverses manifestations ont lieu chaque année à Jambes, Liège, Torgny ainsi que dans de nombreux villages, comme à Bioul où depuis 2012, une fête est organisée après la messe donnée dans l’église située juste à côté du Château. En 2019, St-Vincent sera célébré le weekend des 19 et 20 janvier au Domaine W à Saintes avec les vignerons wallons, ainsi que le weekend suivant à Villers-la-Vigne (pour la 17e fois) et à Torgny (pour la 19e fois!).

Bonne fête à tous les vignerons donc !