Baudouin Havaux
DIVERS

Rhum et cigares cubains célèbrent le 500éme anniversaire de La Havane

Ce 16 novembre marquait le 500ème anniversaire de la fondation de la capitale cubaine qui s’appellait à l’époque « Villa de San Cristobal «. Comme les 500.000 cubains qui ont assisté aux commémorations festives au pied du Capitole, rhums et cigares, les deux produits emblèmatiques de l’île, n’ont pas manqué l’occasion de célèbrer ce moment historique.

La Havane, c’est une ville riche d’un partimoine architectural et culturel resté intact depuis la révolution. Animée par les meilleurs musiciens, acteurs, peintres et artisants, cette vibrante ville est la capitale du pays qui se revendique comme le meilleur producteur de tabac du monde. C’est dans ce contexte que s’est tenu le festival Partagas à La Havane. Un festival annuel rassemblant de nombreux « aficionados » qui honnorent et célèbrent cette illustre marque fondée en 1845 par Jaime Partagas Ravelo. D’origine catalane, à l’âge de 14 ans, il arrive au début du 19éme siécle à La Havane. Il y fait fortune et installe sa manufacture, la plus grande de Cuba, en  cœur de la ville, au numéro 520 de la rue Industria, idéalement placée dans un quartier populaire capable de fournir de la main d’œuvre. La fabrique était également située près du port et en face de la gare Villanueva pour facilter le reception des feuilles de tabac transportées par train et exporter les cigares par voies maritimes. Jaime Partagas fut l’un des premiers propriétaires de manufacture à acquérir des plantations de tabac dans la Vuelta Abajo, la meilleure région de production de tabac.

Situé à l’arrière du Capitole dans le centre historique de la vieille ville, l’édifice massif de la fabrique à l’architecture coloniale de 4 étages occupe presque la moitié du pâté de maison. Un batiment emblématique articulé autour d’une cour intérieure, dont la facade affche toujours, sous le fronton, l’enseigne « Partagas real fabrica de tabacos » (manufacture royale de tabacs Partagas). Malheureusement depuis plusieurs années les rouleurs ont du déménager et le batiment est totalement vide en attente d’une nouvelle affectation. Vraisemblablement un musée du tabac devra y voir le jour. Seul le rez-de-chaussée est occupé par une Casa del Habano, l’une des plus anciennes boutiques de havanes où les amateurs peuvent se réfugier pour fumer et déguster, hors du temps, un rhum ou un café. Ouvert tous les jours de l’année c’est une destination touristique inévitable.

Les modules de Partagas sont particulièrement appréciés par les amateurs de cigares puissants à la saveur intense. Comme pour toutes les grandes marques cubaines, les cigares sont roulés à la main avec du tabac procédant exclusivement de la zone de Vuelta Abajo près de Pinar del Rio. La gamme extrèmement large de Partagas compte pas moins de 23 modules « classiques » (c’est-à-dire produits en permanence). Ce chiffre ne tient pas compte des nombreuses éditions limitées, ou modules exceptionnels.

Parmis ces nombreux modules les plus célèbres sont :
–       Série D N°4 : Communément appelé « D Cuatro », il fut créé en 1930. Un robusto d’un diamètre de 2 cm. et de 12,4 cm. de long au succès remarquable. Véritable vedette c’est le cigare cubain le plus vendu au monde.
–       Lusitania :  Ce double Corona de 2 cm. de diamètre et 19,4 cm .de long se démarque par sa longueur et la finesse de ses arômes.
–       Série P 2 : Un Pyramide reconnaissable à sa forme cylindrique qui se termine en forme d’obut.
–       Le 8-9-8 : Contrairement aux boites classiques qui comptent deux étages de cigares, ce module est commercialisé dans des boites qui contiennent 3 étages de respectivement 8, 9 et 8 cigares.
–       Culebras : Très particulier et unique à Cuba, Le Culebras est formé de trois cigares tressés. De quoi inciter le fumeur à partager son plaisir.

Pour l’anecdote il faut aussi mentionner que le révolutionnaire cubain d’origine argentine Ernesto Che Guevara, ayant été contraint par ses médecins à ne fumer qu’un cigare par jour, la fabrique Partagas créa, dit-on, spécialement pour lui un module exceptionnel, l’Inmenso Visibles, cigare totalement hors-normes long de 75 cm. Commercialisé un temps, ce module ne se trouve plus de nos jours que chez des collectionneurs.

En Belgique, Cubacigar, l’imporateur exclusif des cigares cubains, a l’habitude de conserver et de millésimer les Serie D N°4 et de les baguer en indiquant l’année de production. Actuellment on peut trouver dans les boutiques spécialisées le millésime 2011.