Baudouin Havaux
BORDEAUX

Crus Bourgeois du Médoc, la qualité les yeux fermés

Ce jeudi 24 octobre, Olivier Cuvelier, président des Crus Bourgeois du Médoc, présentait chez Cook&Book à Woluwe la 10e et dernière Sélection Officielle des Crus Bourgeois du Médoc dans sa version actuelle.

À l’origine, les bourgeois sont les habitants du « bourg » de Bordeaux, ville de marchands et d’artisans qui disposent sous la domination anglaise de droits et de privilèges : exonération de charges sur la vente locale (en Guyenne) et sur l’exportation des vins de leurs vignes.

Au XVe siècle, enrichis par leurs activités de commerce international, les bourgeois de Bordeaux deviennent acquéreurs des meilleures terres de la région, auxquelles on donne petit à petit le nom de « Crus des Bourgeois ».

Jusqu’aujourd’hui, ces Crus Bourgeois étaient classés annuellement, ce qui signifie que pour chaque millésime, les 226 membres de l’association présentaient leur vin à une dégustation à l’aveugle en vue d’accéder au classement des Crus Bourgeois.

Cette homologation accordée chaque année sera à partir de 2020 octroyée pour une période de 5 ans sur base d’une dégustation à l’aveugle des 5 derniers millésimes.

Autre nouveauté, qui n’est en fait qu’un retour aux sources des Crus Bourgeois du Médoc habitués depuis des siècles à être classés selon une hiérarchie de mérite, les trois niveaux de classement « Cru Bourgeois », « Cru Bourgeois Supérieur » et « Cru Bourgeois Exceptionnel » figureront de nouveau sur les étiquettes à partir du millésime 2018.

Ce classement pyramidal apportera une vision plus claire des niveaux qualitatifs des différents Crus Bourgeois du Médoc. En effet, située entre les grands Crus Classés et les Bordeaux génériques, cette grande famille bourgeoise dispersée sur les 8 AOC médocaines (Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis en Médoc, Margaux, Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe) manquait un peu de visibilité.

Chaque bouteille de Crus Bourgeois du Médoc est dotée d’un système de reconnaissance visuelle, sécurisé et intégré sur un sticker comprenant un code unique et aléatoire qui garantit la qualité et l’origine du vin. Le QR code présent sur chaque sticker permet aux consommateurs d’accéder directement au site www.crus-bourgeois.com et d’obtenir toutes les informations sur le vin et le château.

Mais revenons à ce 2017,  un millésime de belle qualité, mais exceptionnellement faible en quantité. La récolte a été grandement impactée par le gel historique de fin avril, particulièrement dévastateur dans le Médoc et le Haut-Médoc.

Ce millésime présente des vins fruités avec beaucoup de fraîcheur et des tanins souples et complets. Assurément un millésime facile et assez abordable qui est déjà très agréable à boire malgré son très jeune âge.

Il ne fait pas de doute que nous les retrouverons rapidement et pour notre grand plaisir sur les tables de nos restaurants et sur les rayons de nos distributeurs. Ce 2017 est une belle démonstration de la tendance actuelle d’élaboration de vins à être consommés plus rapidement.

Il ne faut plus posséder une cave souterraine et attendre plus de dix ans avant d’ouvrir une bouteille de Bordeaux.

Nos coups de cœur « 2017 »

Château Fleur La Mothe, Médoc : 50% Merlot, 40% Cabernet sauvignon et 10% Petit Verdot. Un vin de plaisir déjà très souple, marqué par une belle structure et des arômes fruités.

Château Fonréaud, Listrac : Un stéréotype du Bordeaux classique comme on les aime, fin, légèrement boisé, avec des notes grillées qui se marient avantageusement à l ‘entrecôte bordelaise.

Château Caroline, Moulis : 65% Merlot, 35% Cabernet sauvignon. Belle tension, beaucoup de fraicheur. On y croque les fruits rouges. Finesse et longueur en bouche.

Château La Tour De Mons, Margaux : situé sur des graves garonnaises et argilo-calcaire, le domaine de 47 ha. d’un seul tenant, est une référence pour l’amateur belge à la recherche de vins gouleyants et gourmands.

Château Le Crock, Saint Estèphe : un Grand Saint-Estèphe comme on les aime. Au caractère bien trempé,  puissant et même costaud, il est pourtant déjà très agréable à boire dès aujourd’hui.

Château Petit Bocq, Saint-Estéphe : coqueluche de notre royaume, le vin de la famille belge Lagneaux  ne pouvait passer sous le radar. Framboises et  groseilles explosent en bouche. Un vin plein et gourmand. Aucune honte d’être un peu chauvin.

Infos: www.crus-bourgeois.com