Pedro Ballesteros MW
ITALIE

Chiaretto di Bardolino, une nouvelle AOP

L’Italie vient de créer une nouvelle appellation d’origine, Chiaretto di Bardolino. Pourtant, les vins protégés par cette AOP ont une longue histoire derrière eux.

Le mot chiaretto (équivalent à clairet) est en fait utilisé dans la région depuis 1806, et la technique de vinification a été importée de France en 1896. En 1968, le « Bardolino Chiaretto » fut l’un des premiers vins italiens à obtenir le statut de DOC, en reconnaissance de sa tradition historique. Mais les développements qualitatifs et la constatation que le Chiaretto a besoin de conditions de production différentes au Bardolino rouge justifient la création d’une appellation séparée pour ce type de vin, que devra garantir une meilleure qualité de base.

Les « chiaretti » sont en faits des vins avec une personnalité remarquable. Ils sont assez différents des rosés provençaux à la mode, avec une expression gustative originale, distinctive. Le cépage le plus important pour le chiaretto est le Corvina, bien connu pour sa contribution aux Amarone et Valpolicella en assemblage avec Rondinella et Molinara.

Le chiaretto est un vin presque pur de Corvina (jusqu’à 95%), avec une petite proportion de Rondinella. Ce sont de vins vinifiés en rosé, mais les producteurs permettent un contact suffisant des peaux avec le moût pour laisser une empreinte fruitée et un peu de tannins tout à fait particulières.

Nous avons eu l’occasion de déguster 13 chiaretti du dernier millésime, 2018. Ils ont des styles différents, entre la souplesse simple et agréable de vins plus faciles et une belle complexité et fermeté pour les meilleurs. Tous les vins sont nets, directs, sans influence d’élevage ou de bâtonnage. Les arômes de fruits rouges et jaunes, parfois avec une légère touche de curry, sont discrets mais élégants. Nous avons beaucoup apprécié, dans les meilleurs vins, une légère amertume noble qui donne envie de redéguster.

Même si la dégustation ne permet pas faire des conclusions générales, nous avons pu remarquer que la zone « Bardolino chiaretto classico » donne plus de volume et de persistance que le « bardolino chiaretto » tout court, avec quelques exceptions. Les prix sont assez abordables, et les meilleurs vins pourraient se garder deux à trois ans.

Les amateurs des vins rosés trouveront sans doute une option très agréable et particulière dans ces vins. Les meilleurs sont aussi vivement recommandés à table, où ils montreront leur caractère, discret mais ferme :

  • • Guerrieri Rizzardi (Classico). Le plus intense à la dégustation, aussi le plus capiteux, il s’agit d’un vin à vocation gastronomique, puissant mais élégant, avec une texture plus tannique, très sérieux. A suivre absolument. (92/100)
  • • Vigneti Villabella Villa Cordevigo (Classico). Pas très intense, mais génuine et noble, un vin avec un sens de l’origine, et finale persistante. De la classe. (91/100)
  • • Le Ginestre (Classico). Des arômes discrets et fins, avec une touche épicée très originale, savoureux en bouche, frais mais ferme, parcimonieux en finale. De la personnalité ! (90/100)
  • • Poggio delle Grazie. Gracile et aimable, équilibré, dans un style plus souple ; belle définition gustative. (88/100)
  • • Gorgo (bio). Souple et fruité, très savoureux, net, passe en douceur et en simplicité. (88/100)
  • • Gentili. Framboise et d’autres baies rouges au nez, frais avec une légère amertume assez agréable en finale, vin de plaisir. (87/100)
  • • Rosa dei Casaretti (classico). Des notes de curry et de fruits rouges, attrayant. Le vin est plus puissant en bouche, il semble plus approprié à table que pour l’apéro, avec une belle personnalité. (87/100)
  • • Le Fraghe Ródon. Belle combinaison de fraicheur et vinosité, assez ouvert et suave en bouche. Se boit avec plaisir. (87/100)