Marc Vanel
WINEBIZZ

Que coûte un hectare de vigne en France ?

Vous avez des envies vigneronnes et vous souhaitez planter ou racheter une exploitation ? Attention à votre choix, les prix varient entre 6.000 et 3.000.000 d’euros l’hectare selon l’appellation…

Chaque année, Agreste, le Service de la statistique du Ministère français de l’agriculture publie un état des lieux du foncier viticole, avec le prix moyen des échanges de l’année écoulée, et donne également quelques tendances générales.

En 2018, suite à une année 2017 exceptionnelle, le nombre de transactions a baissé de 7,5%, ce qui représente une différence de 844 millions d’euros en moins par rapport à l’année précédente. L’Agreste note aussi que « les cessions sociétaires s’ancrent toujours plus dans certains bassins viticoles (Bordelais, Bourgogne, Champagne et Cognac) » .

La valeur d’un hectare varie selon que la parcelle se trouve en aire d’appellation ou non. Dans les zones d’AOP (appellation d’origine protégée), un hectare vaut en moyenne 147.300€, soit dix fois plus (14.200€) qu’une vigne en dehors dont le vin  ne pourra être vendu que sous le label de « Vin de France ».

Une hausse en 2017 des prix de l’ordre de 2,4% a été notée, une hausse soutenue par les appellations renommées, notamment en Bordeaux-Aquitaine (+ 6,8%), Vallée du Rhône-Provence (+ 4,2 %) et Bourgogne-Beaujolais-Savoie-Jura (+ 2,9 %).

Les prix qui suivent ne sont que des indications, il y a sûrement moins cher mais plus cher aussi.

Dans les principales régions

• Alsace : entre 33 et 236.000€/ha dans le Bas Rhin et jusque 405.300€ dans le Haut Rhin.

• Bourgogne : si l’hectare se monnaye entre 13 et 73.000€ dans les appellations régionales, le Premier Cru peut grimper jusque 2,25 millions et le Grand Cru à 14,5 millions d’euros ! Le prix de ces deux niveaux a été multiplié par 10 depuis le début du siècle. Optez plutôt pour une parcelle à Chablis : le Petit Chablis est à 80.000€ l’hectare, le Chablis entre 107 et 200.000 et le Chablis Chablis 1er cru entre 274 et 340.000€/ha. Toujours dans les blancs, le Pouilly Fuissé navigue entre 185 et 260.000€.

• Champagne : les prix n’ont que très peu varié ces dernières années. L’hectare s’achète autour de 485.000 dans la Marne, mais jusqu’à 1,8 million sur la Côte des Blancs, et même 1,22 millions plus bas sur la Côte des Bar.

• Beaujolais – Jura : Dans les AOP situées sous la Bourgogne, le Jura reste abordable avec des prix entre 10 et 32.000 euros. Les prix du Beaujolais sont un peu plus modérés (5 à 30.000) mais Fleurie explose ce plafond avec un hectare à 100.000 euros.

• Auvergne : Saint Pourçain est le meilleur plan avec des terres vendues entre 3 et 16.000€/ha.

• Vallée du Rhône : de grandes disparités de prix ici aussi avec l’hectare de Côtes du Rhône générique et Côtes du Rhône Villages entre 10 et 25.000€, puis cela grimpe à 120.000 à Vacqueyras, 135.000 pour les Crozes Hermitage, 215.000 à Gigondas, entre 380 et 450.000 à Châteauneuf-du-Pape, 450.000 à Cornas, entre 850.000 et 1 million à Condrieu et même 1,25 million en Côte Rôtie !

• Provence : des prix plus modestes en Provence, mais quand même 120.000 euros en Côtes de Provence ou à Cassis et 150.000 dans l’aire de Bandol.

• Corse : de 14 à 50 selon les régions, l’AOP la plus chère étant celle de Patrimonio. Mais bon, si vous n’êtes pas Corse jusqu’à la cinquième génération, vous aurez peu de chance de vous installer là-bas…

Dans la moitié ouest

• Centre et Val de Loire : Sancerre est l’appellation la plus chère, avec un hectare entre 130 et 280.000 euros. D’autres coins sont plus abordables : Muscadet 7 à 9.000/ha (l’un des moins chers de France), Muscadet Sèvres et Maine 8 à 17.000, Vouvray 13 à 40.000, Bourgueil 14 à 25.000, Saint-Nicolas de Bourgueil 28 à 57.000 et enfin Saumur Champigny 27 à 80.000.

• Bergerac-Duras : ces AOP maintiennent des prix en-dessous de 10.000€/ha, sauf à Pécharmant qui monte à 45.000€/ha.

• Bordeaux : si vous voulez investir dans cette région renommée, optez pour Cadillac – Côtes de Bordeaux ou des terres en appellation Bordeaux générique (blanc ou rouge) car celles-ci se négocient entre 6 et 26.000 euros. Si Sauternes demeure « abordable » (entre 12 et 50.000€/ha), l’hectare grimpe à 2, voire 2,5 millions à Pauillac, entre 220.000 et 3.000.000 à Saint-Emilion, et même entre 1,2 et 3,6 millions à Pomerol (+20% par rapport à 2017). Sur les vingt dernières années, le prix de la terre a été multiplié par 10 à Pauillac et par 20 à Saint-Emilion…

• Sud Ouest : les prix de cette zone demeurent « raisonnables », 5 à 7.000 dans les Coteaux du Quercy (Tarn et Garonne) ou du Brulhois, 5 à 11.000 à Fronton, 7 à 13.000 à Tursan, 13.500 max à Cahors, 7 à 20.000 à Saint-Mont et jusqu’à 25.000 euros dans le Madirais. A noter que le prix des parcelles en IGP Lot et Garonne ne dépasse quasiment 5000€.

• Languedoc-Roussillon : excellent rapport qualité/prix à Corbières et Corbières-Boutenac où vous pouvez acquérir un hectare entre 6 et 14.000€ et un rien plus à Fitou, à Maury ou dans les Côtes du Roussillon Villages, entre 6,5 et 15.000€ dans les trois régions. L’hectare monte toutefois pour les AOP Muscat de Frontignan, Banyuls et Collioure : 16,5 à 35.000€.

SOURCE : le document complet peut être téléchargé ICI.