P. Ballesteros MW – D. Rodriguez – M. Vanel
OCEANIE

Vinotop Australie: les rouges

Une sélection de vins rouges australiens disponibles en Belgique chez les cavistes ou en GD.

d’Arenberg, The Dead Arm, Shiraz, McLaren Vale, 2013: Même si les bras vous en tombent en dégustant ce vin, sachez que le nom de « Dead Arm » (bras mort) renvoie en fait à une maladie de vigne provoquée par le champignon Eutypa Lata et qui tue lentement un des « bras » la plante (mais transfère en quelque sorte sa vigueur au reste de la plante). Ce vin-ci est tout simplement grandiose, et encore plus après carafage. Le nez est sans fin et vous plonge dans un vaste jardin d’herbes aromatiques aux mille senteurs. Pas uniquement du thym ou de la garrigue, mais aussi de la menthe ou de la lavande, du chocolat ou du cèdre. Rondeur et complexité, tout est dit. Un vin de méditation. (14,6% alc.) • Universal Wines – 45,80€ – 96/100

Primo Estate, Joseph, Cabernet sauvignon Merlot, MODA, McLaren Vale, 2015 : Un vin considéré comme l’un des meilleurs Cabernets d’Australie élaboré depuis 1987 par Joseph Grilli avec une méthode proche de celle de la production des Amarone italiens, c’est-à-dire en faisant sécher les raisins à l’air mais à l’ombre pendant deux semaines avant d’être pressés. Le vin est ensuite élevé dans des barriques neuves de chêne français et américain pendant 20 mois afin de créer une subtile stratification. Cela donne un vin riche et opulent, d’une concentration et d’une finesse inouïe. Le nez est un peu sauvage, mais la bouche est très mûre, soyeuse, riche d’épices, de poivre rose et de cassis. Les tannins sont évidemment mûrs. Une vraie curiosité à déguster devant un feu ouvert… (14,5% alc.) • Ad Bibendum – 50,49€ – 93/100

Paxton NOW Shiraz (Natural Organic Wine), No Added Preservatives, McLaren Vale, 2018: « Wines with Life » annonce David Paxton sur l’étiquette de ses vins issus de vignes plantées en 1979. Juteux, droit et sans concession, vinifié avec respect pour la vigne : voici un vin naturel comme ils devraient tous être. En bouche, il est épicé sans concentration exagérée avec une palette aromatique tout en harmonie. Profond, vibrant et gourmand, très pur. Peut-être pas un vin de garde mais qu’importe, il est digeste et prêt à être dégusté. Certifié bio, sans gluten et « vegan friendly ». (14,0% alc.) • Biodyvino – 13,90€ – 92/100

d’Arenberg, The Derelict Vineyard, Grenache, McLaren Vale, 2012: Un vin concentré, sa couleur est presque noire, qui est resté puissant malgré ses sept ans d’âge. La première chose que l’on se dit en le dégustant, c’est qu’il faudrait le laisser encore dormir au moins cinq ans. Le vin commence en effet seulement à s’ouvrir. Fruits rouges (cerise) et noirs (mûre, prune noire), notes florales et épicées (muscade), le Grenache dans toute sa splendeur. Il est issu de vieilles vignes en buisson (bush vines) rachetées par d’Arenberg dans un état d’abandon à une époque où le cépage n’intéressait personne. Aujourd’hui, c’est vraiment la signature de McLaren Vale et un des porte-drapeaux de la maison. (14,2% alc.) • Universal Wines, Rob – ±22€ – 92/100

Tahbilk Winery, Grenache-Shiraz-Mourvèdre, Nagambie Lakes (Victoria), 2016: Un vignoble fondé en 1860, au sud de Melbourne, dans la région de Victoria et racheté par la famille Purbrick en 1925, il est aujourd’hui certifié « carbon neutral ». Équilibré, savoureux, engageant, digeste et moderne, avec une parfaite intégration de l’alcool, ce vin séduira un large public. Le nez est complexe, avec des petits fruits rouges et noirs mûrs, voire confits. On retrouve ceux-ci en bouche avec davantage d’épices et d’arômes floraux. Un vin qui vise la fraîcheur et la buvabilité sans masquer le bois. Parfait pour un ragoût, un gibier à poils ou des hochepots longuement mijotés. (13,5% alc) • Mig’s World Wines – 15,50€ – 91/100

JJ Hahn, Section 72 Shiraz, Barossa Valley, 2017: Réfugiés luthériens, Johann Christian Hahn et sa femme furent parmi les premiers pionniers en Australie méridionale en 1839 mais ce n’est qu’en 1914 que les premières vignes sont plantées. Aujourd’hui, les vins de James et Jackie (les deux J sur l’étiquette) Hahn vinifient leurs vins avec Rolf Binder, un des grands noms locaux. Ce vin est gras et concentré en bouche, alliant épices légères et arômes fruités de prune, de cerise, de groseille ou de vanille. L’attaque est généreuse, la palette équilibrée et les tannins fondus. Avec une viande rouge et avec un rapport qualité/prix irréprochable. (14,0% alc.) • Ad Bibendum – 11,75€ – 90/100

Wolf Blass ‘Gold Label’ Shiraz, Barossa, 2015: Vinifié par John Ashwell. Robe très foncée et profonde avec des reflets pourpres. Beaux arômes de cerise, de prune rouge et de liqueur de cerise, de réglisse et d’eucalyptus. Généreux et épicé, charnu, avec un retour d’épices parfumées qui le gardent complètement digeste et frais. Le chêne est bien intégré et élégant. Non seulement avec la viande rouge grillée ou de la nourriture épicée (mexicaine par exemple), mais aussi avec du gibier à plumes ou une belle volaille. (14,5% alc.) • Points de vente sur Invinity.be – 22,00€ – 90/100

Yering Station, Village Pinot noir, Yarra Valley (Victoria), 2015: Un des plus importants vignobles de Victoria, planté en 1838. Pas d’influence bourguignonne ou néo-zélandaise ici, mais un Pinot noir typique du Nouveau monde, fruité et croquant, avec des cerises rouges et noires, mais aussi un peu de lard fumé au nez. Attaque généreuse avec une belle palette en milieu de bouche et la typicité du cépage assurée jusqu’au bout de la dégustation. Agréable et savoureux. (14,0% alc.) • Mig’s World Wines – 15,50€ – 90/100

Grant Burge, Miamba Shiraz, Barossa, 2014: Exactement ce que l’on attend d’une Shiraz australienne, avec tout ce que cela comprend d’acidité, de fraîcheur, de complexité, de profondeur et de concentration. Un vin vibrant aux arômes de prunes et des épices, avec un soupçon de réglisse. Attaque musclée avec une goulée de fruits noirs mûrs. Bois bien intégré. Suffisamment de potentiel de garde pour quelques années de plus. Le domaine n’existe que depuis 1988. (14,0% alc.) • Colruyt Grands vins – 14,99€ – 90/100

Rolf Binder, Riedl Vines, Old Vine Shiraz, Barossa Valley, 2015 : Elaboré par le winemaker de JJ Hahn. Un autre excellent exemple de Shiraz australienne qui remplit son contrat : un vin généreux, pas trop concentré, crémeux, vanillé, avec sans doute un peu trop de bois. Mais cela devrait s’atténuer avec les années. Avec un steak bien saignant, ou si vous avez faim, une belle côte de bœuf. Egalement une cuvée pour les 20 ans d’Ad Bibendum. (14,5% alc.) • Ad Bibendum – 22,51€ – 90/100

Gramp & Sons, Jacob’s Creek, Double Barrel Shiraz, 5th Vintage, South Australia, 2017: Cinquième miillésime pour cette Shiraz très expressive produite par Jacob’s Creek. Le vin séjourne d’abord dans des barriques de chêne traditionnelles. Après 12 à 18 mois d’élevage, certains lots sont sélectionnés pour une seconde maturation, mais cette fois dans des fûts de whisky écossais. Cela donne un vin juteux et pur, mûr et concentré, avec une touche de liqueur de cerise, quelques épices et sans excès de bois. Une pointe de sucre résiduel en fin de bouche. Une belle introduction au Sud australien. (14,8% alc.) • Carrefour – 14,98€ – 89/100

Charles Melton Wines, La Belle Mère, GSRM, Barossa Valley, 2013 : Le R qui figure dans l’acronyme des cépages n’est pas clair (Roussanne ? Rhône ?), il n’est d’ailleurs pas référencé ni sur le site du producteur ni sur l’étiquette des nouveaux millésimes, mais qu’importe, on a ici un assemblage Grenache-Shiraz-Mataro (Mourvèdre) bien balancé, fluide et plutôt commercial, atypique de la vallée du Rhône. Un vin très expressif, avec des fruits noirs compotés en pagaille. Le soleil dans votre verre. « La Belle Mère » (en français dans le texte) est le pendant du « Beau-père », 100 Shiraz. Avec de l’agneau ou des pâtes. (14,5% alc.) • Ad Bibendum – 20,95€ – 89/100

Yalumba, Old Bush Vine, Grenache, Samuel’s Garden Collection, Barossa, 2015: Par l’un des pionniers (1849) dans la région de Barossa, un vin produit avec des vignes de 38 à 80 ans. La robe est très claire, avec une touche d’évolution vers le grenat : étonnant pour un Grenache. La structure est classique, mais irréprochable, cela tranche sur nombre de Grenaches français, espagnols ou australiens. Généreux, juteux et persistant, avec une pointe de gras qui provient sans doute du chêne français. Parfait avec une pièce de mouton ou des grillades. (14,0% alc.) • Chacalli – 17,00€ – 89/100

Calabria Family Wines, Three Bridges, Durif, Barossa, 2016: Une winery créée au début du XXe siècle et le premier à planter le cépage Durif en 1945, un cépage français disparu avec le phylloxera et connu sous le nom de Petite Sirah (avec i ou y) en Californie ou au Mexique. Violette, menthol, épices et poivre blanc, l’influence du chêne américain est marquée. Le tout est mûr, avec un retour d’eucalyptus en fin de bouche et des tannins enrobants. Certainement le vin le plus original de cette dégustation. (14,5% alc.) • Universal Wines – 17€ – 88/100

Richard Hamilton, Colton’s, Vintage 2016, G.S.M., McLaren Vale : Par l’arrière-arrière-petit-fils d’un des pionniers de McLaren Vale. Un assemblage Grenache (47%), Syrah (29) et Mataro (24%) typique de la vallée du Rhône. Fruits rouges et cerises dominent. Une pointe d’astringence qui s’atténue après quelques instants, beaucoup de charme et d’élégance, et surtout une belle buvabilité. Un vin moderne et accessible. Avec des grillades d’été, des plats de légumes ou des pâtes. (14,5% alc.) • Colruyt Grands vins – 10,99€ – 88/100

Penfolds, Koonunga Hill, Shiraz Cabernet, South Australia, 2017: Un vin produit depuis 1976 par Penfolds, un autre pionnier du vignoble australien (1844) dont le « Grange » est devenu carrément mythique. Au nez, de belles notes de menthe fraîche et une pointe de réglisse. En bouche, le vin est fluide et souple, l’alcool est parfaitement intégré. Retour de fruits noirs en fin de bouche. Savoureux et digeste, un Australien moderne et frais. (14,5% alc.) • Delhaize – 10,99€ – 88/100

Paxton, The Guesser, Red Blend, McLaren Vale, 2017 (biodynamie): Le winemaker Richard Freebairn n’a pas hésité à assembler ici cinq cépages rouges très répandus en Australie du sud : Cabernet et Shiraz tirent l’attelage, complétés par Grenache, Nebbiolo et Tempranillo. Cela donne un assemblage dominé par des notes d’eucalyptus, de menthol et d’épices douces, avant que n’émergent les baies rouges ou les cerises après un peu d’oxygénation. Un vin racé, très élégant, une structure parfaite, un peu de gras, mais pas trop. L’ensemble est équilibré et frais. Avec la cuisine du monde. (14,5% alc.) • Biodyvino – 11,98€ – 88/100