Marc Vanel
OCEANIE

Winetrip Australia : vers Barossa (2/5)

Située à environ 70 km d'Adélaïde, en Australie méridionale, Barossa est l'une des plus grandes régions viticoles du monde, réputée pour sa gastronomie et son vin, ses expériences culturelles et son style de vie décontracté.

Les premiers immigrants européens s’y sont établis vers 1839. Parmi ceux-ci, John Jacob, sa sœur Ann et son frère William, qui s’installent à Moorooroo, sur la berge d’une petite crique, aujourd’hui connue sous le nom… de Jacob’s Creek. Ils sont suivis par d’autres émigrés silésiens et luthériens qui fuient les persécutions en Europe, ou par d’autres, Anglais et Français, qui recherchent une meilleure vie, comme par exemple Christopher Rawson Penfold qui s’installe avec son épouse au pied des Mount Lofty Ranges.

En 1847, Joseph Gilbert, qui a étudié la viticulture en France, s’installe à Pewsey Vale (Eden Valley) et y plante les premiers pieds de vignes. D’autres futures sommités viennent renforcer l’activité : comme Johann Christian Henschke, Joseph Ernest Seppelt, Samuel Smith (Yalumba) ou Johannes Basedow. Encore tous présents aujourd’hui, ils assurent les lettres de noblesse de Barossa qui compte aujourd’hui près de 500 producteurs, dont 150 wineries. Depuis 1997,  elle regroupe officiellement deux sous-régions, Barossa Valley et Eden Valley, la seconde étant plus fraîche que la première.

Ici aussi la Shiraz règne en maître. Elle est habilement complétée par des cépages français ou allemandes tels que Mourvèdre, Chardonnay, Riesling et Sémillon, mais on y trouve aussi de nombreuses variétés méditerranéennes telles que Fiano, Montepulciano, Tempranillo, Dolcetto ou Graciano.

En 2008, la « Barossa Grape and Wine Association (BGWA) » a entrepris un vaste projet, « The Barossa Grounds Project » destiné à analyser les effets de sols et du mésoclimat sur la Shiraz. L’idée était de comprendre et d’expliquer les vins, afin de conseiller certaines pratiques aux les vignerons à certaines règles. Cette étude favorise évidemment aussi la reconnaissance de la marque Barossa dans l’excellence et l’authenticité de ses vins, mais aussi dans le secteur du tourisme. Pas de doute, Barossa est aussi en pleine mutation.

Moment de « Grace »

L’un des domaines phares, qui annonce 150 ans de « family winemaking », est Henschke (prononcez Hensch-ki), fondé en 1868 par Johann Christian Henschke qui a commencé par faire du vin pour ses propres besoins avant d’être assailli par les demandes. Le plantation dans les années 50 des parcelles de « Hill of Grace » et de « Mount Edelstone » ont consacré le domaine comme l’un des meilleurs producteurs de Shiraz sur le continent.  Aujourd’hui, la propriété est dirigée par la cinquième génération, Stephen Henschke et son épouse Prue.

Ici, le visiteur est prié de tremper ses chaussures dans un bain de désinfection afin d’éviter tout risque de contamination et de propagation du phylloxera dans ce vignoble situé à 400 mètres d’altitude mené en bio mais sans être certifié pour autant.

Tous les vins blancs sont fermés avec une capsule (comme l’écrasante majorité des vins en Australie), mais (quasiment) tous les rouges avec un bouchon de verre (vinolok). Et ce, que le vin coûte 30 ou 500 euros! La méthode a fait ses preuves depuis 1995, juste après la crise du liège contaminé provenant de Nouvelle-Zélande, pas question de revenir en arrière.

Parmi les vins dégustés ressortent nettement le Chardonnay 2016 (très gras, fruits blancs, épices), le Giles Pinot noir 2016 (très bourguignon avec une légère astringence finale, vendanges à la Lune pascale), le Cyril Henschke 2013 (88% Cab. Sauvignon) mais c’est sans commune mesure avec le Mount Edelstone du même millésime, qui a une structure sans fin, ou, encore, le Hill of Grace 2013, cuvée qui passa 5 ans en cave avant de sortir en 2018 pour la célébration des 150 ans du domaine.

  • Stephen Henschke

Autre style chez Torbreck créé en 1994 par Pete Kight à deux pas de Penfolds. Le winemaker, Ian Hongell a quant à lui bossé pendant plus de 20 ans chez Peter Lehman avant de rejoindre Torbreck voici deux ans. Le vignoble rassemble des parcelles ayant appartenu à la famille Schultz, Hillside à Lyndoch, The Laird dans la sous-région de Marananga et Greenock Keller. Près de 20% des vignes utilisées ont ici plus de 100 ans et 35% plus de 85 ans. Impressionnant.

On y produit près de 600.000 bouteilles par an. En blanc, quelques cuvées de Sémillon ou de Roussanne en monocépage et un assemblage Roussanne-Marsanne-Viognier soyeux, d’une grande richesse et d’une persistance incroyable. En rouge, les assemblages unissent des GSM (Grenache, Syrah, Matero) mais le monocépage Grenache 2017 Hillside est excellent. Trop jeune pour être dégusté mais avec un potentiel énorme. Le fleuron de la gamme est The Laird 2013, avec un nez époustouflant, une structure superbement construite, mais un seul bémol : la bouteille se vend sur place à ±450€…

  • Ian Hongell

Emotion

Dernière pause avant de continuer notre exploration à Seppeltsfield Wines qui, outre un vrai parc d’attractions autour du vin, propose une collection extraordinaire de vins fortifiés depuis 1878, dont trois foudres qui appartiennent aux princes d’Angleterre Harry, Georges et Charlotte. Chaque visiteur est invité à parcourir le dépôt pour découvrir la barrique correspondant à son année de naissance et, surtout, à déguster le vin qu’elle contient. Pas grand intérêt gustatif mais une belle dose d’émotion, surtout en retrouvant les barriques de ses parents disparus…

Parmi les autres producteurs rencontrés lors de ce voyage, notamment ceux du groupe Artisans of Barossa mais on ne peut hélas voir tout le monde, signalons également Massena et son incroyable Stonegarden 2017, assemblage Grenache-Matero-Shiraz en Eden Valley, Hewitson 2014 Single Vineyard (qui se dit le plus vieux vignoble de Mourvèdre sur la planète), Tomfoolery Monkey Business 2017 Cabernet franc, Tim Smith Wines (2015 Reserve), Spinifex Vermentino 2018 ou encore, deux coups de cœur : Phil Lehman (fils du célèbre Peter) et sa cuvée Max & Me ou David Horne et les vins de Grant Burge.

  • Seppeltsfield Wines et ses barriques millésimées