Marc Vanel
BELGIQUE
©IPM

Marc Coucke plante 100ha à Durbuy

Le célèbre homme d’affaires va planter 100 hectares dans la plus petite ville du monde. Blancs, rouges et bulles au programme qui sent fort le poisson...

Décidément, rien n’arrêtera ce Gantois qui fêtera ses 55 printemps l’an prochain et qui est, jusqu’à nouvel ordre, la troisième personne la plus riche de Belgique. Après avoir fait fortune à la tête de l’entreprise Omega Pharma, il est aujourd’hui, entre autres, propriétaire du club de football du RSC Anderlecht et copropriétaire de Pairi Daiza.

En juin 2016, il rachète le parc récréatif Durbuy Adventure et décide de le restructurer complètement, annonçant près de 300 emplois supplémentaires et des retombées importantes pour Durbuy dont le centre est en plein chantier depuis quelque temps.

Lors d’une conférence de presse à « La Petite Merveille », il a dévoilé un projet d’envergure : la plantation, en plusieurs temps, de vignes proches du centre de la petite ville. Une aubaine pour Durbuy qui compte déjà une brasserie et de nombreux établissements hôteliers, comme Le Sanglier des Ardennes, lui aussi récemment racheté par Marc Coucke.

Beaujolais avant tout

« Mon envie est en réalité assez récente, je n’avais jamais vraiment imaginé cela. Cela date de mon arrivée à Durbuy, nous a-t-il confié, lorsque j’ai découvert les longues relations que la ville entretenait avec plusieurs villes du Beaujolais. »

Plusieurs entités de la ville sont en effet jumelées avec plusieurs grandes appellations de cette belle région française : Durbuy avec Saint-Amour, Bomal avec Fleurie, Barvaux avec Juliénas et Grandhan avec Beaujeu.

« C’est donc très logiquement que je vais planter du Gamay, précise le milliardaire, c’est un cépage que j’adore, je le compléterai avec du Pinot noir qui compte quelques belles réussites en Belgique. Deux parcelles seront plantées (en rouge et en bleu sur notre carte – ndlr).

Pour les blancs, je resterai ici aussi fidèle au Beaujolais avec du Chardonnay. Mais je crains que la maturité de cette variété ne soit pas complète, je n’en garderai alors qu’une partie pour du vin tranquille, la principale production de Chardonnay (avec un peu de Pinot noir) ira aux effervescents.

Depuis que le chef bi-étoilé Christophe Hardiquest (Bon Bon) prépare les menus destinés aux supporters VIP, lors des matchs à domicile, je rêvais de pouvoir accompagner cela de bulles fraîches. Le Chardonnay devrait se plaire sur les sols caillouteux proches du centre de la ville. »

Pas avant 2026

Un chai est également déjà prévu (en orange sur la carte), « il sera sans doute construit sur les plans de Philippe Starck, conclut Coucke, je l’ai rencontré aux Carmes Haut-Brion, ce qu’il a fait là-bas est remarquable. Il ne fera évidemment pas deux fois la même chose, mais sans doute quelque chose de proche. J’aime l’idée du bateau inversé, cela me rappelle Ostende et sa criée aux poissons. Mais rien n’est encore signé, ne parlons pas trop vite. » Il se murmure que la Région wallonne pourrait intervenir à hauteur de 25%.

Même s’il est ambitieux, l’homme est patient. La plantation s’effectuera dans les prochains jours (les préparatifs ont déjà commencé à l’automne dernier), mais aucune vendange ne se fera avant 2024 et après le temps nécessaire à l’élevage, les premières bouteilles ne seront donc commercialisées qu’en 2026.