D. Rodriguez – M. Vanel
DIVERS

Concours du Meilleur sommelier du monde : Jour 1

Au terme de cinq jours d’épreuves, qui des 66 candidats venus de 63 pays repartira vendredi avec le titre tant convoité de Meilleur sommelier du monde ?

Au cours des deux premiers journées de cette semaine, les 66 candidats seront confrontés à une série d’épreuves théoriques et de dégustations pratiques qui mettront leurs compétences et leurs connaissances à l’épreuve. Seuls dix-huit d’entre eux seront retenus pour participer à la demi-finale (mercredi) et seuls trois de ces demi-finalistes seront retenus pour la finale qui se tiendra vendredi dans la prestigieux Elizabethzaal au cœur de la ville d’Anvers.

La semaine comprend également plus de 10 master classes, afin d’offrir aux candidats des occasions supplémentaires d’apprentissage, autour de thèmes comme les variétés anciennes et les millésimes, ou encore des sujets techniques liés à la viticulture comme à la vinification.

Un total de 235 personnes issues des délégations, de l’ASI, du comité organisateur et de leurs partenaires sont présents à Anvers pour le concours du Meilleur sommelier du monde. Pendant les cinq jours du concours, 5.900 bouteilles de vin seront ouvertes et servies dans quelque 14 000 verres. On attend 600 personnes au dîner de gala de vendredi soir, 1100 personnes seront présentes pour la finale.

  • Philippe Faure-Brac, Meilleur sommelier du Monde en 1992 et membre du Comité Technique du Concours

Qui sont les favoris?

Tout d’abord deux femmes, elles ne sont que sept en lice. Julie Dupouy qui représente… l’Irlande. Française de nationalité, elle a fait carrière dans les meilleurs restaurants étrangers, notamment au Luxembourg. L’autre femme est Iulia Scavo, Roumaine, qui qui a déjà été finaliste européenne à deux reprises.

A côté de ces deux « challengeuses », on peut citer le candidat français David Biraud  qui a emmené 300 supporters dans son déplacement et qui présente l’épreuve pour la 5e fois ou le Canadien Carl Villeneuve Lepage qui y croit beaucoup et qui est assisté par un coach, une équipe de communication et un attaché de presse… Cela ne rigole pas…

Selon William Wouters, vice-président de l’ASI, il faut aussi se méfier du Polonais Piotr Pietras, vice champion européen et 10e il y a trois ans en Argentine, et de Ketri Leis (Estonie), récente championne des pays baltes.

Mais malgré cela, Antoine Lehebel, le candidat belge, est confiant : « Je me sens bien et je dois avouer que je ne me contenterai de passer uniquement les premiers tests. Je ne sais pas si je peux affronter ces battants, mais dans tous les cas, je vise la demi-finale. La fois dernière, j’étais 20e, je vise donc une place dans le top18. »

  • Les candidats français de g. à droite : Loic Avril (Australie), Antoine Lehebel (B), Julie Dupouy (Irlande), David Biraud (France), Bruno Scavo (Monaco), Eric Zwiebel (UK) – Photo DM.Vino