M. Vanel – D. Rodriguez
BORDEAUX

Le Château Malartic-Lagravière s’ouvre à l’oenotourisme

Partenaire du Concours du Meilleur Sommelier du Monde qui se déroule à Anvers la semaine prochaine, le Château Malartic-Lagravière en appellation Pessac-Léognan appartient à une famille belge depuis 1997. Engagé depuis 20 ans dans des pratiques de qualité respectant l’environnement, le Château s’ouvre à l’oenotourisme.

Situé sur un haut lieu du patrimoine culturel bordelais, le Château Malartic-Lagravière est une propriété familiale chargée d’histoire. Connu depuis plusieurs siècles pour la qualité de son terroir, le Domaine de Lagravière est acheté à la fin du XVIIIe siècle par la famille du comte Hippolyte de Maurès de Malartic. Grand serviteur des rois de France, il guerroya comme amiral contre les Anglais sur bien des mers du globe et s’illustra notamment en 1756 lors de la bataille du Québec. En 1850, Madame Arnaud Ricard rachète la propriété et accole le nom de Malartic à celui de Lagravière. La famille Marly sera la dernière de la lignée Ricard à gérer le château jusqu’en 1990, date d’arrivée de la famille de Nonancourt, des champagnes Laurent-Perrier.

Jouissant d’une grande réputation depuis le début du siècle dernier, le Château Malartic-Lagravière est un des seuls six crus classés à la fois en blanc et en rouge lors du classement des Graves de 1953. Fin 1996, le Château prend un nouveau cap avec l’arrivée de la famille Bonnie, il va être entièrement rénové.

  • Racheté fin 1996 par le couple belge Michèle et Alfred-Alexandre Bonnie, le château Malartic-Lagravière est situé à Léognan en Gironde en AOC Pessac-Léognan.
  • Le nouveau cuvier

Un engagement environnemental fort

Depuis son arrivée, la Famille Bonnie a toujours été attentive à l’environnement de son vignoble et à l’incidence des travaux réalisés par ses équipes sur la vigne, mais aussi sur le voisinage : habitats, faune, flore et cours d’eau. L’engagement est pris dès 1997 par Alfred et Michèle Bonnie et fortement développé depuis par leurs enfants Véronique et Jean-Jacques.

Plusieurs bonnes pratiques de grande ampleur ont été engagées : remise en culture des sols, labour à cheval sur certaines parcelles, lutte intégrée (haies diversifiées tout autour du domaine), lutte contre les nuisibles (par confusion sexuelle), utilisation préventive des stimulateurs de défense naturelle de la vigne (SDN)… Conduit et certifié en raisonné depuis 2008 et certifié Haute Valeur Environnementale (HVE) depuis 2015, le domaine a aussi entamé une démarche de Système de Management Environnemental (SME) pour obtenir la certification ISO 14001 courant 2019.

Ces pratiques raisonnées sont largement bio, puisqu’elles couvrent 98% du vignoble. Certaines parcelles sont en biodynamie. Depuis 2016, l’ensemble du vignoble est traité en confiné, grâce à la mise au point de tracteurs de nouvelle génération. Ces prototypes, développés pendant 3 ans à la demande spécifique de Malartic, ont plusieurs avantages : au-delà d’un ciblage beaucoup plus précis, ils réduisent fortement des émanations de produits, permettent un recyclage des intrants, une baisse de la pollution sonore et de la consommation de carburant. Depuis 2018, un cheval est résident au domaine pour les labours quotidiens. Cette démarche environnementale active des Vignobles Malartic (Châteaux Malartic-Lagravière et Gazin Rocquencourt à Léognan), correspond à une charte interne éco-exigeante. C’est un engagement et un axe de développement prioritaire pour Véronique et Jean-Jacques Bonnie, habitant, comme une partie des équipes, au milieu de leurs vignes.

  • Le Château Gazin-Rocquencourt

Oenotourisme

Ses installations permettant d’accueillir les visiteurs dans un cadre idyllique, le Château Malartic-Lagravière vient de lancer une nouvelle offre oenotouristique. Avec le renforcement de l’équipe réceptive, l’ouverture les samedis et une offre réceptive étoffée, le Château Malartic-Lagravière ouvre pour la saison 2019 largement ses portes à un tourisme sélectif à la recherche d’expérience sur-mesure et authentique. Visites de groupe ou privées, toujours sur réservation, offre gastronomique variée, dégustations à thèmes, séminaires… l’offre est large. Des cours de cuisine sont aussi organisés par l’équipe « Hospitality at Malartic ». Pendant la visite, l’accent est aussi mis sur les particularités des vignobles et leur approche environnementale.

Par ailleurs, la famille Bonnie ayant une bodega en Argentine depuis 2010, DiamAndes, il est également proposé des visites thématiques, comme la dégustation « Cépages & Découverte » : un voyage sensoriel franco-argentin qui permet de comparer les cépages argentins des vins de DiamAndes avec ceux des vins bordelais.

Enfin, lors de la rénovation de la propriété en 1997, les anciens chais ont magnifiquement été restaurés et décorés afin d’offrir un espace locatif indépendant au coeur du vignoble de Malartic. Surplombant le Château et son parc, la bâtisse des « Vieux Chais de Malartic », pleine de charme et chargée d’histoire, est le lieu idéal pour recevoir une clientèle privée ou professionnelle. D’une capacité de 200 à 300 personnes, les salles donnent sur une terrasse extérieure surplombant le Château et son parc. C’est un lieu fonctionnel et indépendant qui se prête à toutes les manifestations.

Tarifs des visites de 14 à 45 €, cours de cuisine et déjeuners à partir de 135 €.
Infos : malartic-lagraviere.comgazin-rocquencourt.com et diamandes.com

  • La Bodega diamAndes à Mendoza en Argentine.
  • De gauche à droite: Véronique Bonnie et son mari Bruno Laplane, Michèle et Alfred Bonnie, Jean-Jacques Bonnie et son épouse Séverine.