M. Vanel – D. Rodriguez
BORDEAUX

UGCB 2016, nos favoris

Les grands crus de Bordeaux sont venus en force présenter le millésime 2016 à Bruxelles. Nos favoris.

Véritable institution à Bordeaux, l’Union des Grands crus de Bordeaux rassemble 133 producteurs, comme le nom l’indique, de grands crus. Ils sont quasiment tous issus de la Rive gauche, soit toute la péninsule du Médoc, les Graves et Pessac-Léognan, Barsac et Sauternes, avec également certains vignerons de la Rive droite, à Pomerol et à Saint-Emilion principalement. Ils ne sont pas tous membres de l’association, mais c’est un bel aréopage malgré tout.

Outil de communication, l’UGCB est aussi une redoutable machine commerciale. Responsable de l’organisation de la Semaine des Primeurs (début avril), l’association organise quelque soixante événements dans le monde pour porter la bonne parole du Cabernet et du Merlot. Chaque année, l’UGCB fait donc logiquement étape à Bruxelles pour présenter le dernier millésime disponible à la vente, en l’occurrence le 2016, avec 97 de ses membres.

Après 2015, il était difficilement imaginable que 2016 soit meilleur, ou, au moins, d’une qualité similaire à 2015. Pourtant ce nouveau millésime est une remarquable réussite, conciliant qualité et quantité, mais dans un style classique malgré tout. Ce n’est sans doute pas du côté des grands crus que l’on doit chercher les innovations, mais les pratiques évoluent malgré tout. Dans le vignoble certes, mais aussi dans la communication. Succédant au mandat de 2 x 3 ans exercé par Olivier Bernard, propriétaire du Domaine de Chevalier, Ronan Laborde (Château Clinet) est le nouveau président de l’UGCB. Dans la présentation qu’il a faite à Tour et Taxis, il a insisté sur le dynamisme et le rajeunissement de l’UGCB à travers un nouveau site internet plus agréable et traduit en chinois, mais aussi à travers divers films promotionnels visant à rendre les Grands crus plus attractifs. S’ils ne représentent que 3% de la production bordelaise, les Grands Crus jouent un rôle majeur pour la renommée globale des 75 appellations. Alors que l’on reproche parfois aux grands châteaux une certaine part de secret, voire de fermeture au public, Laborde s’est dit résolu à promouvoir l’œnotourisme et l’art de vivre non pas à la bourguignonne, mais à la bordelaise.

Grand millésime

Présent pour la passation de pouvoir présidentiel, Oliver Bernard a quant à lui rappelé que c’est « souvent quand on a un grand millésime qu’on a le moins à dire »… Il a toutefois rappelé que le temps sec observé pendant la floraison de la vigne avait permis d’assurer une qualité homogène. Le même temps sec observé en juillet-août a ensuite donné des raisins pas trop gros, avec un beau niveau de maturité et des tanins sympas. Des vins plus gourmands que d’habitude et encore plus taillés pour la garde, même si la plupart d’entre eux sont à boire dans les dix ans. Le millésime 2016 est moins flamboyant, moins « féminin » évoqua le président, et plus puissant que 2015 mais avec des tanins pas trop lourdauds.

  • Olivier Bernard (Dom. de Chevalier) a officiellement transmis la présidence de l'UGCB à Ronan Laborde (Clinet) - Photo; Ch. Piron

Voici quelques coups de cœur parmi les appellations représentées:

  • • En Pessac-Léognan blancs : Château Malartic Lagravière, Ch. La Louvière et Ch. Pape Clément qui est d’une luxuriance extraordinaire, avec une mention spéciale à Haut-Bergey, un domaine certifié en biodynamie depuis l’an dernier ;
  • • En Graves et Pessac-Léognan rouges : Ch. les Carmes Haut-Brion qui ne cesse d’augmenter en qualité depuis plusieurs millésimes, Ch. Rahoul d’une modernité exemplaire, et Smith Haut Lafitte (que nous préférons habituellement en blanc) se dégagent nettement.
  • • St-Emilion Grand cru : sans hésitation le Château Valandraud d’une pureté veloutée, Ch. Beau-Séjour Bécot et Fourtet tiennent le haut du classement. Parmi les vins au prix accessible, notons  Villemaurine, Larcis-Ducasse, Soutard et Cap de Mourlin.
  • • Pomerol : Nous avons été impressionné par la qualité de Ch. La Cabanne, Ch. La Conseillante et Ch. Rouget. Les Merlots sont d’une qualité exceptionnelle.
  • • Listrac Medoc: Ch. Fonréaud
  • • Moulis-en-Medoc : Ch. Maucaillou
  • • Médoc / Haut-Médoc : Ch. La Lagune
  • • Margaux : Ch. Lascombes, Ch. Giscours et Ch. Durfort-Vivens livrent ici de petites perles.
  • • Pauillac : Ch. Lynch-Moussas et Grand-Puy-Ducasse sont particulièrement réussis. Tout comme Lynch Bages, indémodable.
  • • Saint-Estèphe : Ch. Phélan-Ségur et Cos Labory (superbe rapport qualité-prix) ; Et il y avait longtemps que l’on n’avait plus goûté un Lafon-Rochet aussi beau.
  • • Saint-Julien : Ch. Beychevelle, Ch. Léoville Poyferré et Talbot forment le trio de tête de l’appellation. Gloria et St-Pierre étaient absents.
  • Photo: Charles PIRON