Marc Vanel
AGENDA

Wine Paris : pari gagné

Née de la fusion des deux salons Vinisud et Vinovision, la première édition de Wine Paris a transformé l’essai.

Le pari n’était pas évident : déplacer de Montpellier à Paris le salon professionnel Vinisud qui rassemble tous les deux ans depuis 1994  les producteurs de vins du pourtour méditerranéen est une idée qui paraissait farfelue à d’aucuns. Nombreux étaient ceux qui se demandaient en effet si les vignerons du sud de la France allaient « monter à la capitale ».

La bonne idée fut en fait d’associer à ce changement de localisation le Salon Vinovision, consacré aux vins septentrionaux (Champagne, Loire, Bourgogne, etc) afin de rassembler l’ensemble des régions de France dans le même salon. L’idée sous-jacente-, même si pas toujours avouée, étant de concurrencer le salon Vinexpo à Bordeaux et, dans une moindre mesure, Prowein à Düsseldorf qui rassemble près de 7000 exposants.

Durant ces trois jours, tous les terroirs français furent donc largement représentés, avec quelques représentants étrangers, italiens et espagnols surtout. Près de 2000 exposants ont donc décidé de tenter l’expérience et la majorité d’entre eux se déclarent très satisfaits, même si la fréquentation fut inégale tout au long de ces trois jours.

  • © Wine Paris

« Pour tous les partenaires de longue date de Vinisud – Languedoc, Pays d’Oc, Roussillon, Vallée du Rhône, Sud-Ouest, Provence et Corse – Wine Paris 2019 est un véritable succès, déclare Fabrice Rieu, Président de Vinisud. La confiance que nos exposants nous ont témoigné nous a donné des raisons d’être enthousiastes et d’assurer la pérennité du salon avec un nouvel événement en 2020 à Paris, créant ainsi une opportunité parfaite pour cibler les marchés d’exportation hors de l’UE qui sont essentiels pour le développement de nos régions viticoles « ,.

Et Pierre Clément, Président de VinoVision Paris, d’ajouter, « Nos deux salons respectifs ont mis de côté leurs ambitions régionales pour donner la priorité à la ville de Paris en 2019 et pour les années à venir. Les entreprises du secteur vitivinicole ont exprimé leur soutien sans réserve à ce projet et défendent un intérêt commun dans la réussite de l’événement. »

  • © Marc Vanel

Sur les trois journées, celle de lundi fut la plus fréquentée, car c’est généralement jour de fermeture pour les cavistes qui peuvent donc se libérer. La deuxième fut marquée par la présence des acheteurs étrangers, beaucoup de Belges et d’Américains, paraît-il, tandis que la troisième fut nettement plus calme, les exposants passant plus de temps à bavarder entre eux qu’à présenter leurs vins, faute de « clients ».

L’accessibilité de Paris a aussi incité certains acheteurs à ne passer qu’une seule journée sur le salon, plutôt que deux généralement à Vinisud. Ceci explique sans doute aussi la plus faible fréquentation du dernier jour.

A l’issue du salon, WIne Paris annonce toutefois une fréquentation totale de 26700 visiteurs avec, selon Vitisphère, un ratio de 13,35 visiteurs par exposant contre 17,95 à Montpellier auparavant.

Mais une fréquentation réduite peut aussi être gage de qualité : il était en effet plus facile d’aborder certains producteurs sans rendez-vous et ceux-ci avaient plus de temps pour une présentation de qualité. Puis, certains préfèrent cela à la cohue de Prowein. Pour Etienne Sipp (dom. Louis Sipp en Alsace), par exemple, interrogé le mercredi juste avant notre départ, « ce n’est pas important pour nous qu’il y ait du monde, l’important est de capitaliser une poignée de contacts, même s’il n’y en a que 3 ou 4, qui vont réellement déboucher sur des collaborations à long terme. » Paris gagné donc.

Seule ombre au tableau: Vinexpo annonce sa venue à Paris en 2020 un mois avant Wine Paris. La guéguerre des salons s’annonce rude.

Infos : www.wineparis.com