Marc Vanel
Région
Des vins russes en Belgique
L’affaire a récemment fait grand bruit : des vins russes sont désormais en vente chez nous. Même si ce n'est pas vraiment une nouveauté en Europe, cela l'est pour la Belgique.

La société flamande Start2Taste (Waregem) présente depuis peu des vins provenant de la zone Kraï de Krasnodar, à l’extrême sud-ouest de la Russie, entre la Crimée et la ville de Sotchi, où se déroulèrent les J.O. d’hiver 2014. Cette partie du Caucase est considérée, avec l’Arménie ou la Géorgie, comme le berceau de la viticulture dans le monde, avec des origines remontant à plus de 6000 ans. Mais s’il y eut des plantations dans cette zone avant le XIXe siècle, la viticulture russe moderne fut lancée vers 1870 par le prince Léon Galitzine (1845-1916) qui planta plus de 600 variétés de vignes dans son domaine de Novyï Svet (Nouveau Monde) en Crimée. C’est aussi lui qui élabora le premier « Champagne soviétique » (Sovetskoïe champanskoïe) dont la production a été industrialisée dans les années 1930. Les vins de base étaient produits localement ou provenaient des républiques situées autour de la mer Noire (Moldavie, Ukraine, Géorgie notamment).

En 1980, l’URSS était le quatrième producteur mondial derrière l’Italie, la France et l’Espagne mais la campagne anti-alcool de Gorbatchev fit chuter la production de moitié. Menacée de disparition fin des années 1990, la viticulture russe redémarra au tournant du siècle grâce à des œnologues français ou suisses, notamment Patrick Léon, qui fut le directeur technique de Mouton Rothschild et qui vinifie aujourd’hui pour Lefkadia.

D’après les deux gérants de la société Start2taste, on recense environ 70 producteurs dans cette zone, dont une vingtaine qui ont récemment investi dans une viticulture à taille humaine et plus respectueuse de l’environnement. A la mi-décembre, Start2taste a présenté à la presse 33 vins en provenance de cinq domaines. C’est la première véritable importation directe de vins russes chez nous.

Cette première dégustation a permis de découvrir cinq domaines. Situé à la même latitude que Bordeaux ou que le Piémont, le domaine Burnier (site web en français) a été planté en 2003 par le couple suisse Renaud et Maria Burnier qui exploite aujourd’hui 33 hectares non loin de la mer Noire. Le domaine s’est singularisé en relançant le cépage Krasnostop Zolotovsky qui avait pratiquement disparu. Il donne des vins au profil aromatique fruité, puissants et charnus, élevés 18 mois en barriques. Le 100% Krasnostop est le vin le plus cher de la gamme (115€), qui démarre à 15€. Le Burnier Lublu #love 2011 est un séduisant assemblage de 4 cépages blancs (21€) qui a sa place dans les meilleurs restaurants.

Fondé par Mikhail Ivanovich Nikolaev, l’un des hommes d’affaires les plus influents de Moscou, le domaine Lefkadia (80 ha) a développé une gamme de 11 vins, dont certains en amphores, d’où émergent les trois Bachelor Viognier, Shiraz et Cabernet franc, respectivement à 40, 110 et 145 euros. En 2015, Lefkadia a racheté Sauk Dere, un ancien vignoble d’Etat de 2500 ha restructuré, d’où sortent notamment deux vins (blanc et rouge) disponibles à 8,50 euros et qui sont de véritables vins de plaisir très digestes. La maison détient également Temelion, qui produit des effervescents avec l’aide du Champenois Rodolphe Peters mais qui sont loin d’égaler les bulles françaises (entre 28 et 45 euros).

Vendus entre 15 et 30€, les vins de Villa Victoria, un domaine familial de 80ha fondé en 2009, ont quant à eux séduit par leur fraîcheur et leur maturité, surtout les blancs qui lorgnent sur la Bourgogne. C’est le premier vignoble à avoir décroché une Indication géographique protégée (IGP).

Enfin, une gamme de trois vins intitulée « Phantom » a été lancée par le président des Sommeliers russes et l’œnologue de Vernikov. Leur ambition : attirer l’attention du monde sur la viticulture locale et il faut avouer que c’est réussi. Issus de vignobles plantés dans la vallée du Don non loin de Rostov, ces trois assemblages de Krasnostop et de Cabernet Sauvignon (30-70%, 50-50 et 70-30) étonnent par leur profondeur, leur puissance, leur exubérance et leur élégance (surtout le 30/70). Un produit haut de gamme présenté dans un packaging très moderne mais, encore une fois, vendu à 140 euros. A déguster à titre exceptionnel donc. D’autres bouteilles sont plus accessibles.

Plus de détails: www.start2taste.be