Marc Vanel
Région
L’IGP Ile-de-France bientôt reconnue
Quarante-six producteurs seraient prêts à produire leurs premiers vins en 2019 autour de Paris.

Les similitudes entre le développement de la viticulture en Ile-de-France (comprenez Paris et sa région) et en Belgique sont nombreuses. Les premiers vignobles datent du IVe siècle (IXe chez nous), ils connaissent leur apogée au XVIIIe siècle (XVIIe chez nous) où on comptait quelque 42.000 hectares. Les deux vignobles disparaissent progressivement et s’éteignent dans la première moitié du siècle dernier.

Diverses initiatives existent toutefois, comme le vignoble de Montmartre ou celui de Suresnes dans les années 1960, ou chez de petits amateurs, à la manière de ce que l’on a connu dans les années 1960-70 autour de Liège et de Huy.

En octobre 2000, l’association « Vignerons Franciliens Réunis » (VFR) a pour ambition de valoriser ces micro-vignobles. L’un des éléments de sa mission est de « favoriser la connaissance et le progrès de la vigne et du vin à Paris et en Île-de-France ». En liaison avec la Région Île-de-France, le rôle de cette association s’est maintenant centré sur le développement de la viticulture patrimoniale et la renaissance d’une viticulture professionnelle.

Reconnaissance

Après sept années de procédure, l’Institut national français de la vigne (INAO) a validé ce 5 décembre le cahier des charges de l’IGP Ile-de-France, mais l’appellation doit maintenant affronter « la Procédure nationale d’opposition (PNO) » qui, comme son nom l’indique, peut freiner les choses, mais cela devrait se faire sans trop de difficultés.

Après approbation définitive, l’IGP s’appliquera à 380 communes. Selon le site Vitisphère, quelque 46 producteurs seraient prêts à produire leur première cuvée en 2019. Une liste de 83 cépages a été proposée, parmi lesquels des cépages résistants comme le Maréchal Foch ainsi que les douze variétés résistantes récemment inscrites au catalogue.

 

Photo: Vigne de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Plantée en 2000 en contrebas de la Terrasse de Le Notre, elle compte 1900 ceps (cépage Pinot noir). Photo JH Mora, août 2005 – CC BY-SA 3.0