CHAMPAGNE

Que valent les champagnes premier prix?

Synonyme de fête et de célébration, le champagne sera sur toutes les tables en cette fin d’année. Est-il possible de trouver une (bonne) bouteille sans se ruiner ?

Naissance, anniversaire, nouvel emploi… les vins effervescents sont souvent associés aux moments de fête. Synonyme d’élégance et de qualité, le champagne occupe une place particulière dans le monde des bulles mais aussi dans l’imaginaire de nos concitoyens qui n’hésitent pas à passer la frontière pour s’approvisionner en direct chez les producteurs. Et il faut dire que cela vaut la peine, vu le niveau des accises en Belgique.

Quel coût?

Pour calculer le coût de revient d’une bouteille de champagne, il faut additionner les coûts suivants : 1 kg de raisins (±6,5€), la matière sèche (verre, étiquette, bouchon, muselet) (±1,5€), le transport (0,2€), les accises (2€ htva), ce qui donne un total de 10,20€ hors tva et hors la marge du magasin. Et on ne vous parle même pas des frais de production (œnologue, stockage, marketing, pertes climatiques, etc.). Difficile dès lors de proposer un champagne à moins de 12€, comme certains l’avancent.

Pour en avoir le cœur net, nous sommes allés acheter le champagne premier prix dans six grandes enseignes de la grande distribution à Bruxelles : Delhaize, Carrefour, Colruyt, Lidl, Aldi et Match. La tâche ne fut pas aisée car les rayons débordent de cavas, proseccos et autres crémants à moins de 10 euros. Comment ne pas se laisser berner non plus par ce « Blanc de Blancs Brut » à 5 euros qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du champagne sans l’être aucunement.

Quel prix?

A part Delhaize (qui brade la cuvée Demoiselle de Vranken), le prix le moins cher se situe pour les 5 autres magasins entre 13,50 et 14,50€, soit moins de 12€ hors tva.  La marge est très mince. Mais un tel prix est aussi un produit d’appel, car celui qui vient acheter une bouteille à 14 euros, achète généralement aussi son menu de réveillon.

Sur les six champagnes dégustés, seuls 2, voire 3, ont vraiment passé le cap de la dégustation. Les voici dans l’ordre de dégustation.

Champagne Vranken, Demoiselle, Delhaize – 19,99 €

On aurait pu s’attendre à mieux pour le nouveau fournisseur de la Cour, la qualité est franchement en dessous de la moyenne. La bouche acidulée qui évoque le « bonbon Napoléon » n’est pas nette et fatigue rapidement nos papilles. Un résultat décevant pour une des plus belles caves champenoises. Le premier prix de Delhaize est aussi le plus élevé de la sélection. (Suite  à la publication de cet article lundi dernier dans la DH, nous avons appris que Delhaize proposait un autre champagne, Louis Delder Brut, à u. prix inférieur, soit 13,99€. Celui-ci n’était toutefois pas en rayons quand nous sommes allés acheter les bouteilles).

Charles Lafitte, Belle Cuvée, Brut, Carrefour – 16,50 € (à l’achat de 2 bouteilles)

Placé premier ou deuxième par tous les dégustateurs (quasi ex æquo avec le vin suivant), c’est l’un des meilleurs Champagnes sélectionnés. Le nez évoque la levure et le pain. Les bulles sont vives et abondantes. La bouche présente une belle matière. C’est un Champagne un peu plus vineux que les autres, bien équilibré aux notes de fruits exotiques et de mangue. On dénote une légère amertume en finale. A noter que Charles Lafitte fait partie de l’écurie Vranken.

Comtesse de Gramont, Brut, Colruyt – 13,49€

Egalement bien positionné lors de notre dégustation à l’aveugle, le Champagne Comtesse de Gramont est légèrement minéral, bien équilibré, plutôt élégant et présente une belle fraîcheur. Sans vices ni véritables vertus et facile à déguster, il devrait plaire au plus grand nombre. Elaboré par CGD Chigny Les Roses.

Comte de Senneval, Brut, Lidl – 13,99€

Un assemblage de Pinot meunier, Pinot noir et Chardonnay. Sans être un foudre de guerre, Comte de Senneval est un Champagne assez dosé, sans une large structure, qui a surtout le mérite de porter le nom « Champagne ». Il est élaboré à Epernay par la maison Burtin qui est spécialisé dans l’élaboration de Champagne pour la grande distribution et attachée au groupe Lanson.

Champagne Charles Montaine, Demi-sec, Match – 14,41€

Un autre assemblage des trois cépages classiques champenois. Au nez, la pointe d’oxydation n’est pas très avenante. Le sucre résiduel de ce demi-sec apporte de la rondeur et masque le manque de fraicheur. A éviter surtout si vous n’aimez pas le sucre. Elaboré par SA les Roches Blanches.

Champagne Veuve Durant, Brut, Aldi – 13,99€

Cet assemblage de Pinots noir, meunier et Chardonnay est neutre et laisse une sensation aqueuse. La veuve Durant n’a d’intérêt que pour son acidité qui apporte de la fraicheur à ce Champagne qui n’a pas provoqué beaucoup d’enthousiasme chez nos dégustateurs.  Egalement élaboré par la maison Burtin.

 

Que choisir alors?

Selon votre budget, nous vous encourageons à faire la chasse aux bonnes affaires, c’est-à-dire les champagnes qui sont proposés avec une belle réduction par rapport à leur prix habituel, mais visez un budget de 20 à 25 euros environ plutôt que 15. Autre solution : choisir un cava ou un crémant du même prix, les surprises devraient être plus nombreuses.

Nous ont accompagnés dans cette dégustation : Dirk Rodriguez, Charles Piron, Fred Poll et Quentin Havaux