Marc Vanel
BELGIQUE
Les vins belges à Megavino
Le 20e salon du vin Megavino se déroulera du 19 au 21 octobre prochain. Les vignerons belges y seront à l’honneur.

Depuis le début des années 2000, la viticulture a redémarré en Belgique, tant au nord qu’au sud de la frontière linguistique. Certains avaient commencé à planter à la fin des années 1990, comme le domaine de Mellemont à Thorembais ou Genoels-Elderen à Riemst, mais, côté wallon, c’est véritablement la création quasi simultanée du Vignoble des Agaises en 2002 par Raymond Leroy et du Domaine du Chenoy par Philippe Grafé en 2003 qui fait office de déclencheur. Le premier a lancé la cuvée Ruffus qui est un succès plus que phénoménal (cf. plus loin), le second a introduit les cépages interspécifiques en Belgique. Essentielle VINO a choisi Philippe Grafé comme « Personnalité belge du vin de l’année », nous lui avons déjà consacré un large portrait en deux parties (1/2 et 2/2).

Ces deux expériences ont véritablement induit une dynamique en Belgique et donné envie à des tas de jeunes vignerons de se lancer dans cette aventure un peu folle qui dépend pourtant fortement des conditions climatiques qui sont les nôtres. En 2015, et c’est le SPF Economie qui donne ces chiffres, on dénombrait en Belgique quelque 94 producteurs avec une activité commerciale (30 Wallons et 64 Flamands) et 128 en 2017 (34 Wallons et 94 Flamands). Si l’on devait y ajouter tous ceux qui ont quelques pieds dans leur jardin et qui produisent quelques bouteilles pour leur propre consommation, on devrait approcher des 250 ou 300 viticulteurs. Mais aucune statistique fiable n’existe, et ce ne sont donc que des projections. Nombreux sont en effet ceux qui se lancent dans l’aventure mais qui capitulent après deux ou trois ans, ne se rendant pas compte du travail que cela représente. Et quand bien même la récolte serait réussie, après cela, il faut encore être capable d’en faire du vin digne de ce nom.

Quelle production ?

Aujourd’hui, on doit avoir largement dépassé le cap du million de bouteilles produites, car rien qu’en Wallonie, d’après nos propres chiffres, on compte un peu plus de 150 hectares de vignes en Wallonie qui permettent de produire environ 650.000 bouteilles, dont près de 55% d’effervescents, 30% de blancs et 20% de rouges. Mais une année n’étant pas l’autre, ces chiffres peuvent varier fortement d’un millésime à l’autre. En 2013, pour prendre un exemple pas si lointain, Ruffus n’a produit que 60.000 bouteilles contre 100 à 140.000 habituellement. La récolte 2018 devrait permettre aux Agaises de produire un peu plus de 250.000 bouteilles ! Le millésime s’annonce exceptionnel un peu partout en Belgique d’ailleursd.

Dans son dernier recensement, le SPF Economie a très officiellement calculé que 18 producteurs avaient fourni en 2017 une vendange de plus de 15.000 litres (+ de 20.000 bouteilles donc), 10 entre 5 et 15.000 litres, 44 entre 1000 et 5000 litres et 12 moins de 1000 litres ! Du côté wallon, le grand leader est Ruffus, je viens de le souligner, suivi (de loin) par Vin de Liège, Bon Baron, Ry d’Argent, Château de Bioul ou Chant d’Eole qui produisent entre 50 et 100.000 bouteilles chacun. Après eux, on tombe rapidement à 15-20.000 bouteilles pour Mellemont, tous les autres domaines produisant moins de 5.000 bouteilles. Côté flamand, Genoels Elderen mène la danse, suivi par Chardonnay Meerdael, Aldeneyck, Entre-deux-Monts, Monteberg et des tas de petites propriétés déjà évoquées et dont certaines seront présentes à Megavino.

Un stand commun

Même si quelques courageux vignerons belges sont présents à Megavino depuis quelques années, les deux associations professionnelles de vignerons ont uni leurs forces, et surtout leurs deniers, pour être présents à Megavino cette année. Vous pourrez donc découvrir les vins des domaines suivants : Vignoble des Agaises (Binche), Château de Bioul (Bioul), Domaine du Chant d’Eole (Quévy), Domaine du Chenoy (La Bruyère), Holvast (Asse), Kluisberg (Assent), Chardonnay Meerdael (Oud-Heverlee), Domaine de Mellemont (Thorembais), Domaine du Ry d’Argent (Bovesse), Wijndomein Waes (Gand) ainsi que, représentés par le caviste Belgian Wines, Vin de Liège (Heure-le-Romain), La Mazelle (Beaumont), Genoels Elderen (Riemst), Aldeneyck (Aldeneik) et Entre-deux-Monts (Heuvelland). Quelques grands absents, mais la liste n’est pas encore clôturée…

Débats, dégustations et causeries

Ces trois jours seront également l’occasion de discuter avec les journalistes spécialisés dans les vins belges. Fabrizio Bucella parlera de bouchons le 19 au matin et de vins l’après-midi, Gido Van Imschoot vous fera déguster des effervescents le 19 apm, Eric Boschman présentera quelques vins wallons le 20 et moi-même, je présenterai quelques effervescents le 21 à 11h30 tandis que José Lemahieu et Gido Van Imschoot, organisateurs du concours Beste Belgische Wijn depuis 14 ans, clôtureront ces causeries par la proclamation des prix et une intervention commune.