Marc Vanel
BELGIQUE
Benoît Heggen : le meilleur d’Aubel
Si on produit au Pays d’Aubel de fameuses charcuteries, cidres, fromages et autres bières, Benoît Heggen y produit quant à lui des vins parmi les plus aboutis en Belgique.

Nous sommes ici en plein cœur des bocages des pays de Herve et d’Aubel, non loin de la frontière linguistique, au pied du fort d’Aubin-Neufchâteau, face à un paysage qui se déroule quasiment à l’infini et qui invite à la rêverie. Benoît Heggen est avant tout producteur de pommes. Vues de loin, ses plantations ressemblent à des hautes vignes et le travail de la terre y est très similaire. Sur base de ces constatations et après avoir suivi des cours de dégustation, notre homme décida un jour de planter plusieurs variétés de vignes dans son jardin, derrière sa maison. Nous sommes alors en 1996-97 et on ne parle pas encore des cépages hybrides résistants aux maladies (qui n’arrivent véritablement qu’en 2003). Le choix du vigneron se porta donc sur des cépages français classiques : Chardonnay, Pinot noir, Pinot Gris, Auxerrois et Siegerrebe.

Riche de cette expérience, il reprend en 2003 un vignoble au sous-sol calcaire, exploitée depuis 1980 par l’ancien secrétaire communal de Dalhem en association avec Philippe Gillain, le père de l’actrice Marie Gillain. En 2011, juste à côté de ce premier vignoble, il installe une seconde parcelle de 1,7 hectare, en contrebas du Fort d’Aubin, vestige de la Seconde Guerre mondiale, toujours avec du Chardonnay et du Pinot noir. Au total, la propriété fait 2 hectares et 5 ares, elle permet de produire quelques milliers de bouteilles chaque année, qui, hélas, sont vendues en trois mois aux amis et commerçants locaux. En 2019, 1,3 ha supplémentaire sera planté et un premier effervescent sera disponible.

25 hl/ha

Le travail se fait ici en lutte intégrée, en limitant l’usage de produits chimiques phytopharmaceutiques et en introduisant par exemple des acariens prédateurs pour combattre les parasites. Les vignes sont maintenues assez hautes, avec beaucoup de feuilles, car elles ont un rôle photovoltaïque qu’il convient de préserver. Dans le même esprit, Benoît Heggen travaille avec le moins de grappes possible afin d’en « pousser » les meilleures. Ses rendements tournent autour de 25 hectolitres par hectare, ce qui est plutôt bas mais qui permet de produire des vins incomparablement meilleurs.

L’ambition de Benoît Heggen est de proposer un vin pour chaque moment du repas. Un Pinot gris, avec un peu de sucre à l’apéritif, un Chardonnay fruité pour les entrées, un Pinot noir (vinifié à la bordelaise !) pour le plat principal et un vin liquoreux pour le dessert. Les cuvées 2017 viennent de sortir, le Pinot Noir (et peut-être d’autres) sera présenté ce dimanche dans le ‘Concept store Popsss – S en Ciel’ (158 rue Haute, 1000 Bruxelles), une occasion unique de découvrir ce vigneron très talentueux et que je classe dans les meilleurs de Belgique.

Notre dégustation

Pinot Gris 2017: Sans hésitation, on retrouve dans ce vin des arômes de fruits à chair blanche (poire, pomme, pêche blanche) et un bel équilibre entre acidité, sucre (8 grammes de sucre résiduel) et alcool.

Chardonnay 2017: Un des fers de lance du domaine, toujours de très belle tenue. En 2017, la vendange du Chardonnay s’est faite en deux fois selon la météo. Une belle couleur, et ici des arômes de fruits exotiques, d’ananas avec une pointe de vanille et de caramel (qui provient d’un passage modéré en barrique ). A découvrir.

Pinot Noir 2017: Une année très précoce pour le Pinot noir qui présente une belle concentration apportée par la technique particulière de vinification utilisée par Benoît Heggen passant par une longue fermentation sur pulpes. Seul le jus de goutte est utilisé et c’est tout simplement délicieux. Belle preuve qu’on peut aussi produire des rouges. Pour étonner vos invités.

Le Choix de Sophie 2017: Depuis plusieurs années, Heggen produit un vin avec des raisins séchés, selon la technique du vin de paille. Assemblage de plusieurs cépages (Gewurztraminer, Sieger, Chardonnay et Solaris), cette cuvée innove car le degré de sucre était tellement élevé à la récolte, que le passerillage n’a pas été nécessaire. Extrêmement aromatique (lychee, pamplemousse) mais seulement 500 bouteilles… Il va falloir être rapide pour en trouver.

Infos : Vignoble des Marnières à 4608 Warsage (Dalhem), tél. 04 376 77 91