Baudouin Havaux
Région
Transformer un désert en vignoble, le défi fou de la Chine
En 1996, la province de Ningxia ne comptait que 200 ha de vignes. Les plantations à grande échelle n’ont débuté véritablement qu’en 2005, pour couvrir à ce jour près de 33.000 ha. Le « Bordeaux chinois ». C’est en ces termes que non seulement les Chinois, mais les visiteurs étrangers qualifient la province de Ningxia.

De mémoire d’observateur des vignobles du monde, aucune région n’a jamais connu une extension aussi rapide et prospère de son activité vinicole. Situé en Mongolie-Intérieure, au pied des monts Helan, un massif montagneux de 200 km offre une barrière naturelle au vent du désert de Gobie et une protection du soleil, la région est particulièrement aride et inhospitalière. L’habilitation de cette zone désertique en vignoble a été possible grâce à un plan pharaonique d’irrigation qui s’approvisionne en eau dans la Fleuve jaune,  fleuve mythique qui prend sa source au Tibet et traverse toute la Chine. La plaine située au pied du massif montagneux est composée d’un sol sableux mêlé à de grosses pierres qui sont laborieusement extraites à la pelle mécanique. La métamorphose de ce désert en vignoble est un véritable combat.

Des vins qui trouvent une place !

À la lecture de la liste des vins récemment médaillés au dernier Concours Mondial de Bruxelles qui s’est tenu à Pékin au mois de mai, ce n’était pas vraiment une surprise de découvrir 131 médailles décernées à des vins originaires du Pays du Milieu. En effet, les dégustateurs internationaux reconnaissent depuis deux à trois ans la qualité des vins chinois. Par contre, pour le consommateur c’est une découverte, car pratiquement aucun de ces vins ne franchise les frontières chinoises. Le marché intérieur est très vaste.

La demande de la nouvelle classe moyenne, issue du boom de l’économie chinoise, s’est tellement développée que les producteurs n’ont pas besoin d’exporter. De plus, le prix de ces vins s’affichant allègrement entre 50 et 100 € n’est pas particulièrement compétitif sur le marché international. Une analyse plus précise des résultats du Concours Mondial révèle la suprématie de la région de Ningxia. Une majorité écrasante des vins primés proviennent de cette province située à 1100 km à l’ouest de Pékin.

  • Château Changuy Moser à Ningxia dans un style plutôt français.

Se protéger du froid

Les hivers sont particulièrement rudes. La température peut facilement descendre à 22 C° sous zéro. Pour protéger la plante contre le gèle, après la vendange, les pieds sont couchés sur le sol et recouverts d’une épaisse couche de terre. Au printemps, la vigne est déterrée et palissée. Ce travail manuel est pénible et entraine des couts de production plus élevés. Sans compter qu’après une quinzaine d’années, les pieds commencent à se casser et doivent être remplacés. Raison pour laquelle le vignoble est souvent complanté de vigne d’âges différents. Le professeur Li Demei expérimente une plantation de vigne à 45° pour amorcer le mouvement que prendra le pied en hiver. Une autre solution pourrait venir de la plantation de cépages hybrides locaux comme le Bei Chun, Bei Hong ou Bei Mei qui résistant aux températures extrêmement basses.

  • Les vignobles grandissent très vite dans la région de Ningxia.